Nos archives web

Rien n’est calculé d’avance en sport. Cette fois, ce sont les Majungaises qui ont  eu le dernier mot.  C’était un remake plus réussi pour le Sôma Beach Basket ball (SBBC) vient de le prouver hier au Palais des sports Mahamasina, lors de la Super Coupe du Président face à Mb2All. Le SBBC a pris à sa revanche sur le Mb2All cinq jours après sa défaite (49-62) à  la finale  de la Coupe du Président dimanche dernier.  L’avantage avec le basket, c’est qu’on peut  être un poil meilleur.  Le remake entre SBBC  et MB2All, programmé cinq jours après la défaite des majungaises en finale de la coupe du Président, a ainsi tourné à l’avantage de la formation de Boeny 56-42.  Comme un air de déjàvu malgré tout. « Il y a des relâchements que l’on ne peut pas se permettre, fulmine le technicien. Je pense que le SBBC était fatigué. J’ai trouvé cette équipe-là moins en rythme que la semaine passée, mais on n’en a pas profité suffisamment », explique le coach du Mb2All. 

Lucien Botovasoa est un apôtre de la charité et de la vérité. Il avait vécu dans le village de Vohipeno. Témoin de la souffrance des habitants et de sa patrie durant l’insurrection de 1947, il s’offrait à la mort pour les sauver. En 2017, le Vatican a reconnu son martyr. La cérémonie de béatification de celui-ci s’est tenue dimanche dernier à la place Saint-Benoît, Vohipeno. Une grande messe qui a réuni des centaines milliers de pèlerins… 

Les députés du Tiako i Madagasikara, du Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina élus à Antananarivo qui comptent tenir ce jour, à l’Hôtel de Ville d’Analakely, un compte rendu devant leur électeurs se veulent rassurant malgré les rumeurs de possibles perturbations. Depuis le début de la semaine, une opération de communication est menée par les gens du régime pour dénigrer la rencontre entre les parlementaires et les Tananariviens qui engendrerait des troubles. Au cours d’une conférence de presse en son bureau, le Préfet de Police Angelo Ravelonarivo avait indiqué que cette manifestation était purement et simplement un acte de déstabilisation. Une formule reprise telle une litanie par les zélateurs du régime Hvm jusqu’à hier pour tenter de dissuader les tananariviens de rallier Analakely.Face à cette campagne de terreur, les leaders des députés d’opposition multiplient les discours tendant à rassurer l’opinion publique sur le fait que le meeting se tiendra dans le calme. Les députés du TIM et du MAPAR, à l’instar de Maître Hanitra Razafimanantsoa, soutiennent que « contrairement à ce qui est soutenu par certains courants, les participants au rendez-vous de  demain (ndlr : ce jour) à Analakely n’ont aucunement l’intention de causer des troubles ».

Dans notre édition du 24 mars 2018, en s’adressant aux opportunistes qui ont rejoint le camp du Hvm par pur intérêt personnel, nous avions titré  qu’ « il est temps de quitter le navire ». Le départ précipité du Chef de l’Etat et de ses proches, avant-hier, semble rappeler subitement ce conseil à ceux qui l’ont ignoré au même titre que l’avertissement donné en fin d’article selon lequel « Tandremo sao tratra farany eo » (Attention à ne pas être le dernier, traduction littérale).

L’heure est grave ! 24 heures avant la rencontre entre les députés de Tanà et la population au parvis de l’hôtel de ville à Analakely, les épouses de gendarmes (Vady zandary) sont montées au créneau hier au cours d’une déclaration faite à la presse. « Nous lançons un appel à votre endroit, mères, épouses, appelons nos maris à revenir », ont – elles déclaré. Sur cette lancée, elles ont lâché  un appel vibrant à l’endroit de leurs propres époux.  « A nos maris, prenez conscience de la situation qui frappe le pays. N’acceptez plus d’être des forces de répression et levez – vous en tant que rempart  (« Tandroka aron’ny vozona)», a encore soutenu le porte-parole de ces épouses de gendarmes. En tant que mères, elles ne manquent pas de déplorer les nombreuses vies qui sont sacrifiées pour les différentes opérations de sécurisation.  « On envoie nos enfants stagiaires à Ambositra, et décèdent après seulement un mois. Idem à Bongolava, et dans le Sud », soutiennent encore les Vady Zandary. Une fois de plus, les forces  de l’ordre sont appelées à assurer leur véritable mission qui est de protéger la population et ses biens. Elles ont également fait part du quotidien douloureux qu’elles vivent dans la société. « Parfois, les gens nous pointent du doigt en affirmant que nous sommes les épouses des gendarmes, des forces de l’ordre  qui font du mal au peuple », confient – elles. Et d’appeler les citoyens à ne plus les marginaliser.

Bataille rangée

Publié le vendredi, 20 avril 2018

Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très remontés contre les récurrentes erreurs du régime, montent au créneau.

La délégation espagnole  du club A.E. Ramassa de Barcelone (Espagne) est arrivée à Madagascar dans l’après-midi du jeudi 19 avril pour disputer un match amical international contre la CNaPS Sport qui aura lieu le dimanche 22 avril 2018 au Complexe culturel et sportif de Vontovorona, et fait partie d'un grand évènement de portée mondiale organisé par la Fédération et la CNaPS. Cet événement entre également dans le cadre de la promotion de la jeunesse et de la résolution pacifique des conflits, de la lutte contre la corruption, de la participation citoyenne et de la non-violence.

Analakely - Deux voleuses et une arnaqueuse jetées en prison

Publié le vendredi, 20 avril 2018

Les limiers du commissariat du 1er Arrondissement ont toujours beaucoup  à faire pour sévir contre les auteurs d’infractions  de tout acabit dans le secteur d’Analakely. Mardi, leurs gibiers étaient cette fois trois femmes, qui furent jetées en prison depuis. Deux d’entre-elles  prénommées Nathalie et Haingotiana ont été interpellées par un commerçant car elles étaient prises en flagrant délit de vol du sac à main contenant une somme d’argent d’une cliente dans son magasin.

SECES Tanà - « La crise est imminente »

Publié le vendredi, 20 avril 2018

Les syndicalistes de l’université d’Antananarivo reviennent à la charge. Le Gouvernement actuel n’est plus en mesure d’appliquer  les lois en vigueur. Il  n’arrive plus à honorer ses obligations et ses responsabilités envers le Syndicat des enseignants-chercheurs et des chercheurs enseignants de l’Enseignement supérieur (SECES) section Antananarivo.  Cela fait des mois que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES) a entamé les procédures afin de régler les arriérés de ces enseignants-chercheurs et chercheurs- enseignants mais elles ont été insatisfaisantes.

Lasa faritra mena amin'izao fotoana ny eo amin'ny lalam-baovao mampitohy ny Plaque Relax amin'ny lapan'ny prefektiora Mangarano. Eo anelanelan'ny sekoly Les Prosper sy ny lapan'ny Prefektiora no tena ialokalofan'ireo olon-dratsy. Ny zoma 13 avrily lasa teo tokony ho tamin'ny 8 ora alina, telo mianaka nandeha moto no nosakanana jiolahy miisa 7. Niezaka nanohitra ilay raim-pianakaviana ka norarafaran'ireo jiolahy vely sabatra ny tanany sady nivantana tany amin'ilay zanany lahy kely teny ambony moto ilay sabatra.

Page 1 sur 498

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Recherche par date

« April 2018 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff