Politique

Après la formation du Gouvernement, la prochaine étape pour sortir de la crise politique devrait être l’organisation des élections. D’ailleurs, cela est indiqué noir sur blanc dans la décision de la Haute Cour Constitutionnelle du 25 mai relative à la requête en déchéance du Président de la République. Ladite décision stipule dans l’article 8 que « le Gouvernement de consensus mis en place arrête avec la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), l’organisation d’une élection anticipée durant la saison sèche au cours de cette année 2018 mais sous réserve des possibilités techniques, matérielles et financières réelles assurant des élections libres, honnêtes et…
Dans un entretien accordé à Amélie de La Hougue, lors de sa visite au siège de la Fondation pontificale Aide à l'Eglise en Détresse, publié la semaine dernière sur le site de cette organisation, Monseigneur Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina nommé Cardinal par le Pape récemment, se confie sur la situation actuelle à Madagascar, alors que le pays traverse une grave crise politique à quelques mois des élections présidentielles. Nous retranscrivons ici une partie de l'interview.
Une semaine après la formation du nouveau Gouvernement dirigé par le Premier ministre de consensus, Christian Ntsay, l'ancien président de la Transition, Andry Rajoelina est sorti de son silence. A travers une émission spéciale diffusée dans plusieurs chaînes privées hier, l'ex - homme fort du régime transitoire répond aux questions des journalistes en mettant les points sur les « i » concernant plusieurs sujets concernant le contexte politique dont la récente nomination du patron de la Primature et la mise en place du Gouvernement. Il a abordé le sujet épineux qui continue d'alimenter la tension politique dans le pays :…
Riana Andriamandavy VII, Maharanty Jean de Dieu,  Henri Rabary-Njaka, Rasolofonirina Beni Xavier, Andriambololona Sehenosoa, Rasoazananera Marie Monique…On aura remarqué que les personnalités HVM qui ont été avancées par le Président de la République pour siéger dans le Gouvernement Ntsay Christian ne sont autres que celles qui ont été les plus honnies du moment. Tout se passe comme si Hery Rajaonarimampianina, dans son casting, a sciemment choisi ses plus mauvais éléments, ceux qui sont les plus aptes à provoquer une réaction négative généralisée et ce, en vue d’entretenir, voire attiser  la crise actuelle.  Il faut savoir en effet que, si selon…

Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

Publié le vendredi, 15 juin 2018
Le ridicule ne tue pas. Prenant au mot cet adage bien connu, des politiciens véreux tentent de faire entendre leur voix peu audibles dans le milieu malagasy. Mais contrairement à la majorité de la population, ces politiciens peu crédibles manœuvrent pour que le pays s'enlise encore un peu plus dans la crise. Une crise née, rappelons-le, par le vote teinté de corruption au sein de l'Assemblée nationale et relatif à l'adoption des lois électorales.
Le Président Hery Rajaonarimampianina rejoint la longue liste des présidents dont le mandat a été écourté par la force des choses. Sanctionné par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), le premier Président de la Quatrième République doit en effet organiser des élections anticipées durant la période sèche de l'année en cours. Exit donc le mois de novembre défini dans la Constitution à moins que les proches du président s'entêtent à défier la HCC en envisageant même de reporter à l'année prochaine ces élections présidentielles.
Rien ne va plus dans la famille du Hery vaovao ho an'ny Madagasikara qui se trouve actuellement éclaboussé par une nouvelle guerre de tranchées entre ses différentes ailes. La nomination d'un nouveau Premier ministre et la formation d'un nouveau Gouvernement a laissé des séquelles au sein du parti au pouvoir à Madagascar. Dans le giron du pouvoir, l'heure n'est pas à la fête. Entre les membres du HVM, la guerre est latente. L'on s'insulte sous la cape et on s'envoie de jolis noms d'oiseau.
Page 1 sur 179

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff