Société

Cyclone - « Belna » attendu à Boeny lundi

Publié le vendredi, 06 décembre 2019
Le système dépressionnaire a commencé à s’organiser plus sérieusement dans la partie nord de la Grande île. Sa transformation en tempête tropicale s’est concrétisée dans la nuit du jeudi dernier. Sur ce, le système a ainsi pris le nom de Belna. Hier à 15 heures locales, cette forte tempête tropicale (FTT) poursuit son intensification. Selon Hanitra Elisa Rasoavololoniaina, chef du service de la Communication et de la Relation publique au sein de la Météo Malagasy, elle a été positionnée à 430 km à l’ouest-nord-ouest d’Antsiranana. Elle se déplace vers le sud-ouest à une vitesse classique de 11 km/h, accompagnée d’un vent moyen…
L’année dernière, le phénomène kidnapping a fait rage dans le pays, notamment dans la Capitale. C’était le cas en septembre 2018 lorsqu’un membre de cette communauté indienne du pays mais dont l’identité n’a pas été déclinée, fut enlevé par des individus armés à Alarobia. Hier, les deux personnes impliquées pour enlèvement, port d’armes illégal et association de malfaiteurs,  ont été traduites devant la Cour criminelle ordinaire du PAC des 67ha. Au terme de la délibération de l’affaire, le juge a sorti son verdict. Au final, c’est l’accusé qui  répond au nom d’Alain Noël, alias Ralala a écopé d’une peine de…
Des années de dévouement auprès des plus démunis à Madagascar. A travers l'association Akamasoa, Père Pedro Opeka lutte depuis 1989 pour la réinsertion sociale et économique des plus pauvres. Ses actions et les résultats obtenus depuis sont remarquables. Raison pour laquelle le Père Pedro a reçu le Prix Fondation Air France au titre de cette année 2019. La cérémonie de remise de la récompense s'est déroulée le 3 décembre dernier au Musée du quai Branly à Paris, en présence de Brigitte Macron, Première dame française ainsi que d'Anne Rigail, présidente de ladite Fondation.
Les éléments de la Sûreté urbaine de Tananarive ou SUT ont interpellé 5 suspects dans le cadre de l'enquête à propos de l'attaque armée ayant visé le Golden Center de Behoririka, la nuit du 7 novembre dernier. En réalité, c'était le propriétaire de l'établissement qui a été visé. Les 7 bandits armés qui ont perpétré le forfait, ont à la fois abordé et menacé la victime une fois que celle-ci était sortie en dehors du batiment. Ils ont alors fait la main basse sur la somme de 1,7 milliard Fmg qui était sur la victime. L'argent était dans un carton.…
Politique préventive. L'article 2016-20 concernant les dispositifs de prévention de la corruption et d'éducation de la population  évoque la mise en place d'une politique interne de lutte contre la corruption, relative à la transparence au niveau du fonctionnement, des procédures à suivre au sein des ministères, administrations générales, déconcentrées et décentralisées, ainsi qu'au niveau des établissements publics et des sociétés à participation publique en permettant leur accessibilité.  
Ça y est ! Les dés sont jetés pour Hasina Ranirison, l’ex- maire d’Andoharanofotsy,  et non moins candidat maire malheureux du parti « Tiako i Madagasikara » lors des récentes municipalités, ayant profité de sa mise en liberté provisoire. Incriminé pour détournement de deniers publics et de faux entre novembre 2015 et avril 2017. Lundi dernier, il a dû de nouveau comparaître devant la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption (PAC) aux 67ha pour un second procès. Le verdict était tombé : l’ex - maire d’Andoharanofotsy a été condamné à 5 ans de prison ferme. Il doit également s’acquitter d’une amende de…
D’un quartier à un autre, desordures s’éparpillent et  souvent accompagnées d’odeurs nauséabondes.  Antananarivo, la capitale de Madagascar  ne cesse de se dégrader en matière d’hygiène et assainissement. La grande ville est envahiepar des déchets à savoir les ordures ménagères  notamment  les épluchures de légumes et fruits  ainsi  que les plastiques.Les bacs à orduresmise à disposition  par le Service Autonome de l'Assainissement de la Ville d'Antananarivo (SAMVA)  débordent et les résidus finissent par s’entasser dans  la rue. Du côté de Soavimasoandro-Amboditanimena, les sachets plastiques, les restes d’aliments occupent  presque la moitié de la route  principale. « Nous sommes contraintes de passer par…
Page 1 sur 230

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff