Société

Mercredi dernier, un individu pointé du doigt pour avoir tenté d’assassiner une femme après l’avoir violée, fut arrêté par la Police à Ambohipo. Notons que le suspect aurait commis cet acte barbare en compagnie d’autres. Les faits remontent le soir du dimanche 1er septembre où une femme était sortie de chez elle pour rejoindre une boîte de nuit. C’était dans ces circonstances qu’elle a croisé cet inconnu sur son chemin. Là, un changement momentané de programme. Car le couple va ainsi passer un moment intime ensemble. Une fois que les deux ont fini, l’homme aurait dit qu’il devait retourner chez…
Des résultats concrets de la réforme du Code de la nationalité. La nouvelle loi n° 2016/038 du 25 janvier 2017 stipule qu’il est reconnu comme étant malagasy l’enfant né d’un père et/ou d’une mère malagasy. Désormais, les femmes malagasy épousant des étrangers peuvent offrir à leurs enfants leur nationalité. Suite à cette réforme, Madagascar est sorti de la « tristement célèbre liste des 27 pays » du monde où la loi sur la nationalité contient encore des dispositions discriminatoires envers les femmes.
Le désordre règne au sein de l’université d’Ambohitsaina. Depuis le début de cette semaine, les grèves s’enchaînent à Ankatso, d’une part les étudiants et de l’autre les membres du Syndicat des enseignants – chercheurs et chercheurs enseignants de l’enseignement supérieur (SECES). Hier encore, la déclaration du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Blanche Richard, sur l’assainissement collectif au sein des cités universitaires à Ankatso et Ambohipo a déclenché une manifestation estudiantine. D’après  le ministre, tous les occupants de ces domaines publics devraient quitter les lieux, qu’ils soient des étudiants ou non. Ils disposent, alors, de 3 mois…
6 jours de détention ! Et l’enquête n’a toujours pas réussi à trouver une quelconque piste. Là, ce sont les proches de la victime nommée Navaze Veldjee (47 ans), par le biais du collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM), qui se montrent de plus en plus indignés.  Pour eux, les fêtes de fin d’année approchent et leur proche reste toujours introuvable. Autant dire un silence radio total. Et pourtant, il y a  ce déploiement des Forces de l’ordre, sans parler des appels à témoin lancés.Les groupements et associations s’indignent de la situation, mais en vain. Il n’y a…
Andry Nirina Rajoelina, alors qu’il était Président de la Transition, avait déclaré urbi et orbi que tant qu’il est à la tête de l’Etat, il n’autorisera jamais le mariage pour tous. Le même langage a été tenu par l’actuelle présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, lors de sa prise de fonction.  Cela n’empêche cependant pas certains opposants de surfer sur ce sujet délicat pour monter l’opinion publique contre les tenants actuels du pouvoir.Autant pour se faire bien voir auprès de l’assistance que pour diaboliser le régime en place, le député, Fidèle Razara Pierre, n’a pas hésité à s’adonner à un…
Scène de cauchemar à l’école Saint-François d’Assise, à Andravoahangy, gérée par les bonnes sœurs, vers le milieu de la matinée hier. Et que le service de réanimation médicale de l’HJRA Ampefiloha, a été débordé. Des élèves dudit établissement, une soixantaine environ, âgés entre 6 et 14 ans,  et 9 adultes ont été rendus malades à la suite d’une intoxication alimentaire. Des bonnes sœurs responsables de l’école mais aussi des cuisinières figurent dans la liste des malades.  Toutefois, l’on ne déplore aucun décès. Tous ont mangé des beignets appelés familièrement « mofo anana », selon des témoins sur place. Or, la nourriture en cause,  a été achetée et…
De nombreux cas de violences conjugales, une vingtaine de cas de violences économiques, 5 cas de viol, 2 hommes parmi les victimes, etc. Les personnels dépêchés au sein du centre spécialisé de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre (VBG), implanté à Mahamasina, ne chôment pas. Ce centre de prise en charge intégrée a été mis en place par l'association Fitia, fondée par la Première dame et ambassadrice du FNUAP dans la lutte contre les VBG, en la personne de Mialy Rajoelina, ainsi que ses partenaires pour renforcer la dénonciation et le signalement des cas de…

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff