Nos archives web

La dépression tropicale Francisco a déjà péri en mer, tandis que les pluies qui l'ont accompagnée ont laissé des traces dans la partie Est de Madagascar. A Mahanoro, dans la Région d'Atsinanana, plus de 400 personnes sur les 1 171 sinistrés ont dû quitter leurs foyers pour se refugier dans des sites d'hébergement. Actuellement, tout le District est sous l'eau autant que les champs de culture. Outre le problème d'approvisionnement en nourriture, ces gens sinistrés sont également confrontés au phénomène d'insécurité.

 

 Trop de plomb. Tel a été le constat des Réunionnais en septembre dernier concernant les marmites malagasy. Ces produits fabriqués par nos artisans ont été par la suite retirés de leur marché. Face à cette situation, la Direction générale de l’artisanat a pris une mesure concernant les exportations. Désormais, toutes les marmites malagasy sont soumises à une vérification auprès du Bureau des normes à Madagascar (BNM) avant de sortir du territoire. « Le ministère a validé le 31 octobre la norme NMG-602-1, relative aux limites maximales admissibles d’émission de métaux lourds dans les ustensiles de cuisines ou alliages d’aluminium.

Février, le mois de l’amour. La société « Baolai » ne manque pas de fêter comme il se doit ce 2ème mois de l’année 2020. « A la demande générale, les prix cassés sur nos Smart Tv et téléviseurs Led continuent jusqu’au 29 février prochain. Ils sont disponibles entre 19 et 75 pouces, tous garantis 1 an, dans la limite des stocks disponibles. Par exemple, la Smart TV Changhong 49" est à 1 050 000 ariary jusqu’ à la fin de ce mois. En bonus, il y a un nouvel arrivage de panneaux solaires mono et polycristallins et de convertisseurs.

Dans le temps ! L'avancée des travaux de réhabilitation du stade de Mahamasina ne connaîtra aucun défaut de calendrier, d'après les techniciens, contrairement aux rumeurs véhiculées par les détracteurs du régime. A l'instar du Rovan'Antananarivo, la rénovation de ce stade emblématique de la Capitale, qui portera désormais l'appellation de stade « Barea », s'inscrit parmi les « Velirano » du Président Andry Rajoelina pour la promotion du sport. Au cours d'une descente sur les lieux, le Chef de l'Etat lui - même a pu constater l'évolution de ce grand chantier entamé au mois de janvier dernier.

 

L’autoproclamé ambassadeur, Ny Rado Rafalimanana, fera face au juge d’instruction du tribunal d’Anosy aujourd’hui. Hier, il a été notifié par la Gendarmerie au Toby Ratsimandrava de l’existence de cette affaire d’abus de confiance qui lui a valu un mandat d’amener devant le juge. L’existence de ce document judiciaire signifie que cet opérateur basé à Dubaï, et qui vient d’être frappé d’une Interdiction de sortie du territoire national, est recherché par le Tribunal qui a sollicité l’aide des Forces de l’ordre pour que l’individu soit présenté aux autorités judiciaires. Ny Rado Rafalimanana s’est présenté dans la matinée d’hier à Andrefan’Ambohijanahary d’où il a été emmené au Tribunal qui, de son côté, lui a fixé un rendez-vous ce jour.

 

LA UNE DU 18 FEVRIER 2019

Publié le lundi, 17 février 2020


Un endroit stratégique attirant bon nombre de visiteurs, dont les citadins et les habitants des Régions. Cette fréquentation massive pourrait s’expliquer par l’existence de l’aire de jeux pour les enfants dans le jardin d’Ambohijatovo. Ce dernier se trouvait pourtant dans un état chaotique ces dernières années, faute d’entretien. Raison pour laquelle le ministère de la Communication et de la Culture (MCC), dont le ministre, les Secrétariat général et le Cabinet, a choisi la rénovation des lieux pour la 12ème édition du « Tagnamaro, andron’ny olom-pirenena », samedi dernier. La peinture de la clôture en acier aux environs du portail principal fait partie des travaux entrepris durant cette journée de mobilisation citoyenne. A cela s’ajoute la peinture et la rénovation de l’aigle, symbole dudit jardin. Désormais, cet endroit reflète une image plus attrayante et entretenue.

Diverses infrastructures réhabilitées

Outre le jardin d’Ambohijatovo, les employés des Directions régionales auprès du MCC se sont répartis dans plusieurs localités pour leur participation au 2ème « Tagnamaro » de cette année. Certains ont peint, réhabilité ou assaini des infrastructures telles que des écoles primaires publiques, des marchés ou autres places publiques. Pour la Direction régionale de la Communication et de la Culture (DRCC) Androy, l’aménagement de l’aéroport d’Ambovombe a été au programme, avec une mobilisation massive. Les citoyens d’Atsimo- Andrefana ont, quant à eux, choisi l’assainissement et la création d’espace vert à la Place de la République, située à Toliara.
Depuis la première édition du « Tagnamaro » en mars 2019, divers changements ont pu être constatés dans les lieux où se sont déroulées les mobilisations citoyennes. Outre les employés des ministères et diverses institutions, des membres d’associations, ONG, partis et autres entités se sont donné la main pour la mise en œuvre des travaux communautaires. « L’on constate que de plus en plus de citoyens se sont imprégnés de l’idée du "Tagnamaro", qu’est d’apporter du changement à travers le patriotisme et plus de responsabilité. Pour sa part, le ministère va améliorer la tenue de cette journée de mobilisation afin d’avoir plus de résultats », avance le ministre Lalatiana Andriatongarivo…

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Deuxième importante participation pour cette année 2020. Plus de 350 employés du groupe SODIAT, emmenés par Eric Razanamparany, directeur général, se sont mobilisés samedi dernier à Andakana pour une action environnementale. Après le lancement officiel de la campagne du reboisement national à Ankazobe en janvier où le Groupe SODIAT s’est fait représenter massivement, il a encore affirmé son engagement en faveur de l’environnement à travers un reboisement en mettant en terre 1 350 jeunes plants à cette journée du samedi.

Il s’agit du deuxième passage à Andakana pour un reboisement. En 2018, les employés du groupe SODIAT s’y sont déjà dépêchés pour accomplir cette action citoyenne. Samedi dernier a ainsi été le moment de suivre de près l’évolution des plantations pour que les efforts déployés aboutissent. Selon Razakasolo Herisoa, directeur de coordination auprès du groupe, nombreuses sont les actions sociales à entreprendre cette année. Les propositions des employés vont notamment être priorisées et évaluées par la Direction pour les rendre réalisables.

Rappelons que dans le cadre de ses actions sociales, le groupe SODIAT organise déjà annuellement une opération de circoncision gratuite au profit des employés.
K.R.

Itaosy - Un taximan assassiné

Publié le dimanche, 16 février 2020

La tentative chez un bandit pour voler un taxi 4L, a été fatale pour le chauffeur, un père de famille d’une cinquantaine d’années. Ce drame est survenu vers 20h30 près de la localité d’Antsavatsava à Itaosy. L’agresseur, qui  s’est comporté comme un passager ordinaire, a opéré seul. Il a poignardé la victime dans la région de l’oreille, occasionnant une hémorragie grave, se terminant ainsi sur la mort du concerné. Sitôt après son forfait, l’assassin s’est enfui, non avec la R4, encore moins les recettes, mais avec le téléphone portable du conducteur. Pourtant, le chauffeur n’a pas succombé sur le coup mais plutôt quelques moments après son admission, d’abord dans un centre de soins à Itaosy, enfin à l’HJRA Ampefiloha où il a rendu l’âme.

D’après l’un des membres de sa famille, le malheureux, peu de temps après que le bandit l’eut poignardé, a pu encore joindre sa femme grâce au téléphone d’un témoin pour lui raconter les faits. Il faut préciser que des curieux  ont pu voir la scène et tenté de secourir la taximan, en train d’agoniser. Heureusement aussi, une patrouille de police était passée.  Les témoins n’ont donc aucun mal pour demander l’aide des policiers, qui s’étaient débrouillés pour trouver les moyens pour conduire  la victime à l’hôpital.

Les proches du taximan sont convaincus de la tentative chez  l’agresseur pour s’emparer du véhicule. « Je ne doute pas de cette situation et  je crains que le tueur n’eût des complices. A preuve, il a demandé au chauffeur de le déposer à Antsavatsava, un endroit isolé et où il n’y avait que des cimetières. C’est là que ses complices auraient dû les attendre, sans doute pour réaliser leur funeste plan, et peut-être aussi l’assassiner  après cela. Mais sentant rapidement  qu’il s’agissait d’un  piège, le conducteur a refusé d’y aller. C’est ce qui a poussé son passager à le tuer. D’ailleurs, c’est la victime elle-même qui l’a raconté avant que la mort ne l’ait emportée », confie cette source familiale.

Notons que le suspect a pris ce taxi aux 67ha. Il semble qu’une fois arrivés à Itaosy qu’il a changé subitement d’avis pour proposer ensuite au taximan de continuer jusqu’à Antsavatsava. Actuellement, l’affaire est entre les mains de la Police, qui n’a pas encore voulu divulguer aucun autre complément d’information là-dessus, secret de l’enquête oblige.  Néanmoins, les enquêteurs seraient en train de dresser un portrait-robot du  suspect. La victime avant de mourir, aurait pu décrire son signalement, du moins selon l’information.

Mais vers 23h vendredi, deux autres personnes ont été également les cibles des bandits, qui les ont attaquées au couteau. Toutes ces horreurs, sans parler du récent faux-braquage survenu à Ankany Sambatra, prouvent donc que l’insécurité refait surface dans la localité d’Itaosy, exactement comme il y a quelques années auparavant, et ce,  en dépit des énormes efforts des Forces de l’ordre pour sévir contre ces gangs.
Franck Roland

Le ministère des Affaires étrangères de la République de Madagascar, par le biais de son service communication, a rendu public un communiqué, hier,  dans lequel il se réserve le droit de saisir la Justice contre Ny Rado Rafalimanana, accusé implicitement d’usurpation de titre.

L’ « Intergovernmental collaborative action fund for excellence » ou ICAFE ainsi que le « World Fund for development and planning » ou WFDP, dont Ny Rado Rafalimanana prétend être leur ambassadeur, est inconnu au bataillon des organisations non gouvernementales recensées par le MAE. Ces deux organisations «  ne sont nullement affiliйes aux Nations unies », précise d’emblée le ministère d’Anosy, dans sa missive. Et ce, en réaction aux allégations récentes du président de Ny Rado Group. « Aucune des deux organisations ne figure ni dans la liste des organisations intergouvernementales, agences, institutions, organes, dйpartements et bureaux affiliйs aux Nations unies ni dans la liste des Organisations non gouvernementales йtrangиres accrйditйes а Madagascar par le ministиre des Affaires йtrangиres », selon la mise au point du MAE.

Dans son communiqué, le MAE soutient par ailleurs que, contrairement aux prétentions de Ny Rado  Rafalimanana, « aucune procйdure officielle de demande d’йtablissement d’un Accord de siиge portant йtablissement d’une organisation intergouvernementale ou d’une Organisation non gouvernementale йtrangиre а Madagascar n’a йtй engagйe au niveau du ministиre des Affaires йtrangиres par Monsieur Ny Rado Rafalimanana ». Ainsi, le dossier du « World Fund for Development and Planning » ne figure pas dans la base de données des Organisations non gouvernementales étrangères légalement constituées auprès du ministère des Affaires étrangères.

En outre, le MAE soutient que le prétendu « laissez-passer diplomatique », fourni par l’organisation « World Fund for Development and Planning », à Ny Rado Rafalimanana «  ne correspond nullement aux standards internationaux et ceux de Madagascar », et précise que le ministère « n’a jamais йtй notifiй de l’existence de ce type de passeport ». Aux yeux des gens du MAE, les documents présentés par Ny Rado Rafalimanana sont donc considérés « comme nuls et non avenus et ils ne sont donc pas opposables au Gouvernement malagasy ». Et ce, étant donné que « World Fund for Development  and planning » n’a point d’existence juridique vis-à-vis des lois et règlements de la République de Madagascar.

Dans ce contexte, le MAE précise que Ny Rado Rafalimanana ne peut ainsi se prévaloir du titre d’ambassadeur ou de représentant d’une quelconque organisation à Madagascar ; Il ne peut également bénéficier ni d’immunité, ni des privilèges tels que définis par la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Tout en se réservant le droit de saisir la Justice, le ministère des Affaires étrangères annonce se désengager de toute responsabilité découlant de l’utilisation desdits documents.
La Rédaction

Fil infos

  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai
  • Jean Yves Le Drian sur les îles éparses - Bientôt une seconde réunion de la commission mixte
  • Affaire « Tahisy » - La mère de la défunte de nouveau enquêtée
  • Lutte contre le Kere - L'Etat apporte des solutions
  • Velirano, un an après - Les projets présidentiels en marche
  • Emeutes à Ambilobe - Le meurtrier multirécidiviste à Tsiafahy
  • Kere dans l’Androy - Appels de détresse de la population
  • Stade « Barea » - Les nouvelles tribunes sur pied dans 5 mois

La Une

Recherche par date

« February 2020 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29  

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff