Publié dans Politique

Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte

Publié le mercredi, 04 décembre 2019

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a répondu ce jour aux exigences du candidat du TIM aux communales concernant la confrontation des listes électorales. Pour cette Commission, la requête doit être formulée auprès du Tribunal administratif.

 

Réponse du loup à la bergère. La CENI a organisé hier une conférence de presse en son siège à Alarobia. La Commission électorale indépendante a répondu aux exigences du candidat malheureux du TIM pour la course à la magistrature de la Commune urbaine d'Antananarivo. Cette commission renvoie ce candidat au tribunal administratif s'il entend toujours obtenir gain de cause, pour la confrontation des listes électorales utilisées et signées lors des dernières législatives et celles des communales et municipales. D'ailleurs, cette demande étonne plus d'un. En effet, il est d'usage de demander une confrontation des procès-verbaux utilisés durant les élections, comme ce fut le cheval de bataille de ce même parti lors de la dernière élection présidentielle. Un effort vain puisque même après confrontation de quelque cinquantaine de procès-verbaux présentés par ce parti et son comité de soutien, aucune anomalie n'a été décelée.

Le TIM demande ainsi l'impossible en voulant une confrontation de listes électorales utilisées durant deux élections différentes. Le respect de la démocratie commence pourtant par le respect du verdict des urnes, du choix des électeurs. Il faut savoir gagner en toute humilité pour le cas des élus, il faut reconnaître leur défaite quant à ceux qui n'ont pas su gagner la confiance des électeurs. En somme, le TIM doit accepter sa défaite, sa nouvelle situation dans le paysage politique malagasy montre qu'il n'est pas apprécié par la majorité de la population. En témoigne la nouvelle composition de l'Assemblée nationale, la victoire des candidats orange durant les communales et les municipales, notamment dans les grandes villes comme Antananarivo, Toamasina, Antsirabe, Fianarantsoa et autres.

L'objet de cette conférence est de donner aussi aux électeurs et à la population le récapitulatif des élections communales et municipales. D'emblée, les conférenciers ont défendu que ces élections se sont déroulées sans souci majeur. Aucun incident de nature à annuler le scrutin n'a été constaté sur l'ensemble du territoire et celui des circonscriptions électorales.

La CENI a également publié des résultats provisoires. Pour les élections communales, 85,71%  des procès-verbaux ont été traités, et 73,03% des procès-verbaux pour les élections municipales. Concernant le taux de participation, il est de 41,59% et 41,53% respectivement pour les communales et les municipales. Le taux de participation le plus élevé en ce qui concerne les ex-provinces est celui de Tuléar, à raison de 47,32%. Le taux de participation le plus bas est celui de l'ex-province d'Antsiranana, pour un taux de 37,80%. Pour ce qui est des Régions, celle de l'Androy a le plus fort taux de participation, pour un pourcentage de 45,40%. La Région Analamanga ferme la danse pour un taux de participation de 30,37%.

La Rédaction

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff