Publié dans Politique

Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI

Publié le mardi, 03 décembre 2019

Mécontent, un candidat à Ambovombe Androy a décidé d’attaquer le centre électoral de district (CED), le démembrement local de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le candidat en question a ainsi adressé une requête au tribunal administratif de Toliara dont  la copie au ministre de l’Intérieur et au président de la CENI.

L’objet de la requête porte sur la contestation des résultats des élections dans la capitale d’Androy pour cause d’irrégularités. Le plaignant confirme avoir été témoin de la distribution d’importante somme d’argent la nuit du 26 novembre et le jour de l’élection du 27 novembre. Le taux de participation a été très faible dans la circonscription.

 

Nombreuses anomalies ont aussi été citées. Parmi elles, le remplacement des membres des bureaux de vote (BV) deux jours avant le scrutin. Pourtant, il n’y a aucune formation pour eux. C’est aussi le cas de la plupart des BV dans toute l’étendue du territoire. De plus, des membres du BV n’ont pas porté de badge tel qu’il est stipulé par la loi en vigueur.

Transfert forcé

 

Quant à la liste électorale, elle n’a été pas été publiée 2 ou 3 jours avant le scrutin. Elle a subi des modifications contrairement aux annonces officielles. Des rajouts ont eu lieu en faveur d’un autre candidat. L’achat des voix a existé réellement. Des cartes nationales d’identité ont été ramassées le jour du scrutin en échange de somme d’argent payée a posteriori.

 

Par la même occasion, le candidat insatisfait d’Ambovombe a déploré le transfert forcé de BV à d’autres endroits différents des lieux habituels le jour du vote. Andova et Beanike II ont été pris comme exemples à ce sujet. Un autre a été replacé dans sur un site privé. En outre, le candidat dénonce l’agression verbale voire physique initiée par un candidat à l’encontre de certains de ses délégués. En effet, ceux-ci n’ont pas pu signer les procès-verbaux comme le veut l’usage.

Conscience

Les faits contestés rendent également compte de la circulation des bulletins uniques pré-signés et pré-cochés. Par-dessus tout, les matériels de vote ont présenté des défaillances et de non-conformité. Des urnes sont fissurées si d’autres n’ont jamais été fermées lors du scrutin.

Selon toujours le candidat, les procès-verbaux ont été pré-signés sans même que les délégués de vote aient eu le temps d’appréhender la situation. La mention fait état de conformité. Pourtant, la réalité est différente. Des carnets des bulletins uniques ont été arrachés ou ont été classés ailleurs avant leur utilisation.

En conclusion, le candidat mécontent a affirmé que les électeurs dans sa circonscription ont été intimidés, harcelés par la distribution d’argent dans la nuit du 26 au 27 novembre. « La liberté de voter en toute conscience est totalement bafouée », déplore-t-il. Le candidat a mis la responsabilité des anomalies et irrégularités dénoncées sur le dos du démembrement local de la CENI.

M.R.

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff