Publié dans Editorial

Un challenger favori

Publié le vendredi, 13 septembre 2019

Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI (en tant que PCA). La famille Andriantsitohaina incarne la haute bourgeoisie merina, et cela, depuis la royauté. L’Histoire retient d’un certain Andriantsitohaina XI Honneurs qui fut choisi par Ranavalona 1ère pour faire partie de la délégation d’ambassade pour l’Angleterre en 1837.

Une mission apparemment délicate, vu la tournure qu’avait prise la relation entre Londres et Antananarivo suite au revirement brutal de la Reine-Mère à l’encontre des Missionnaires de la London Missionary Society (LMS) établis à Madagasikara. En somme, issu d’une famille de grands commis et d’acteurs économiques de premier plan, Naina Andriantsitohaina ne peut être que le candidat le mieux placé pour relever le défi de la Cité rebelle, la Ville des Mille. Comme nous l’avions prédit l’autre fois dans l’une de nos éditions, l’IRD joue la carte de « dernière heure » pour abattre sur table son joker qui, certainement, va secouer  sinon perturber certaine stratégie. « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! » (Fable de Lafontaine). L’effet de surprise est une attaque qui porte toujours ses fruits. Une tactique électorale qui n’a jamais déçu. Le camp d’en face semble emprunter aussi la même voie mais le verdict des urnes tranchera. Profil gagnant.  L’IRD sous le regard bienveillant de son Chef, Rajoelina Andry Nirina, tapa sur le max en optant sur une personnalité qui a toutes les chances de remporter le bouquet final. A 56 ans, Naina Andriantsitohaina est en pleine possession de ses capacités intellectuelles et physique. Un jeune mature, riche en expériences de direction des affaires même les plus complexes, le candidat de l’IRD affrontera aisément les défis à surmonter. En fait, aguerri des conditions difficiles ! En effet, l’auteur de la « Lettre ouverte à ceux qui peinent à nous gouverner, mais qui excellent à nous harceler », en date du 4 mai 2018, connait bien le souffre-douleur de son métier surtout quand est sous la coupe d’un régime aux abois. La gestion de la Commune urbaine d’Antananarivo n’est pas l’affaire ni d’un vieux usé ni d’un jeune en manque de maturité. Elle exige, à juste titre, l’expertise d’un jeune « vieux loup de mer ». L’opinion tananarivienne s’exulte déjà à l’idée de respirer l’air nouveau apporté par un vent nouveau. Le challenger favori Naina Andriantsitohain mettra les bouchées double à ce scrutin du 27 novembre 2019.

Fil infos

  • Projet Tana-Masoandro - Tout a été fait dans les règles
  • PDG de JK Group et Sourcin Voyage - Jo Willy recherché pour abus de confiance et escroquerie
  • Echauffourées à Ambohitrimanjaka - Le gendarme blessé toujours entre la vie et la mort
  • Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM
  • Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »
  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent

Editorial

  • Le crash !
    La compagnie nationale Air Mad doit trouver, présentement, 7 millions de dollars pour faire face à ses dépenses courantes. Un besoin immédiat sinon la compagnie s'acheminera vers la cession de paiement. La mauvaise nouvelle qui vient de tomber n'arrange pas du tout l'affaire en ce sens qu'elle (Air Mad) a perdu contre le litige avec Air France. En effet, le Tribunal de Commerce de Paris a tranché en faveur d'Air France. Air Mad doit payer 47 millions de dollars US de plus.  

A bout portant

AutoDiff