Publié dans Sport

Accusations du président de la CAF - Pure diffamation et un coup monté !

Publié le jeudi, 18 avril 2019

Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF), a réagi aux récentes informations véhiculées par la presse internationale, africaine et malagasy à son sujet. Le patron de cette organisation panafricaine, dans un article, daté du 17 avril, publié par le magazine basé à Paris Jeune Afrique,  « se défend et invoque un coup monté ». Il nie en bloc les accusations contre lui.
L’ancien patron de la Fédération malagasy de football (FMF) aurait détourné à son profit d’importantes sommes appartenant à la CAF et se serait livré à des harcèlements sexuels. Les informations ont commencé à circuler la semaine passée après la révocation du jeune secrétaire général de la CAF , Amr Fahmy (36 ans) dont le père et le grand-père occupaient eux aussi la même fonction au sein de cette organisation comme si elle était leur pré-carré familial. L’Egyptien était mis à la touche pour cause… d’incompétence. Et il a eu vent de ce limogeage programmé depuis des mois et acté au début du mois d’avril. Mais, pour se venger de ce qu’il aurait pu juger être une injustice, il a transmis à la haute instance de la Fédération internationale de football (FIFA) un « courrier explosif » accusant lourdement son ancien patron de nationalité malagasy.



Tirage au sort

Versement obligatoire sur des comptes bancaires des présidents de fédérations africaines de la somme de  20 000 dollars, annulation unilatérale du contrat liant la CAF à l’équipementier allemand Puma au profit de la société française Technical Steel, basée à La Seyne-sur-Mer, sur fond de népotisme avec un enjeu financier de 830 000 dollars pour la CAF, achat en Egypte et à Madagascar des voitures à usage personnel pour un montant de 400 000 dollars et harcèlement sexuel des quatre salariées de la CAF sont cités dans la correspondance qui a fini par tomber entre les mains du mainstream britannique Reuters. Répondant aux questions de Jeune Afrique, Ahmad a donné des précisions point par point. Tous ces sujets brûlants étaient mis sur la table à l’occasion du tirage au sort, au pied des pyramides de Gizeh en Egypte, de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui se déroulera au pays des pharaons du 21 juin au 19 juillet. Pour la première fois depuis très longtemps, l’équipe malagasy Barea a la chance d’y participer. Pour sa défense, le patron du foot africain a dit à la presse que toutes les décisions sont prises de manière collégiale. « Je ne suis pas habilité à décider tout seul. L’achat de voiture ? Nous avons estimé que louer systématiquement des véhicules revenait très cher, d’où la décision d’en acquérir », a-t-il confié à Jeune Afrique.

Diffamant

Quant aux accusations de harcèlement sexuel, le président Ahmad les a carrément déniées. Il a expliqué au même magazine que le Sg licencié « avait fait pression sur des employées égyptiennes afin de leur faire dire qu’elles étaient harcelées, ce qu’elles ont refusé de faire ». Il a aussi indiqué l’ouverture d’une enquête interne au siège au Caire alors que son ennemi juré, remplacé par le Marocain Mouad Hajji, s’est terré dans un silence assourdissant depuis la révélation par Reuters. D’aucuns sont en parfaite connaissance que les statuts de la CAF préconisent l’ouverture d’un bureau annexe de son président dans le pays d’origine de celui-ci. Pour le cas d’Ahmad, ledit bureau a pignon sur rue dans le quartier d’Aranta à Mahajanga. Son ouverture officielle a eu lieu dans la soirée du 30 mars 2018 en présence d’une brochette de personnalités et de dignités nationales et étrangères dont la secrétaire générale de la FIFA Samoura Fatma. Par ailleurs, l’ancienne ministre de la Communication Nathalie Rabe occupe le poste du directeur de la communication de la CAF au Caire si Stanislas Rakotomalala est le directeur du bureau local de cette instance panafricaine à Mahajanga. Rien n’empêche les nationaux, qui aiment jaser et s’échanger des idées farfelues sur les accusations dont fait l’objet le président Ahmad, de s’adresser à ces compatriotes pour de plus amples précisions au lieu de se dire quoi que ce soit de pas très… fairplay.
 M.R.

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff