Publié dans Société

Frais de visa pour la France - 120 000 ariary de plus à payer

Publié le mardi, 21 janvier 2020

Plus de 300 000 ariary à payer. « A partir du 3 février 2020, les droits de visa applicables aux demandes de visa Schengen court séjour seront modifiés ». Tel a été le communiqué publié par l’Ambassade de France à Madagascar, avisant toute personne projetant de voyager dans tous les pays de l’espace Schengen, à savoir la zone de l’Union européenne, pour une période de 90 jours maximum dans un but touristique ou professionnel. Désormais, la demande de visa plein tarif se paie à 80 euros, ce qui équivaut à environ 300 000 ariary et la moitié de cette somme pour les demandeurs âgés de 6 à 12 ans. D’après les explications, ces tarifs s’appliquent à l’ensemble des demandes déposées à partir de la date indiquée, y compris lorsque le demandeur aurait pris rendez-vous avant. Les demandeurs de visa qui seraient dans cette situation sont donc invités à prévoir le paiement des droits indiqués ci-dessus.

 

Cependant, les droits concernant les autres types de visa restent inchangés, de même que les frais de service de TLS Contact. « L’augmentation des frais de visa résulte d’une décision de l’Union européenne qui s’impose à l’ensemble des Etats membres de l’espace Schengen. Le nouveau tarif appliqué doit être apprécié au regard du nombre de pays, à savoir 26 Etats membres auxquels un visa Schengen donne accès », souligne l’ambassade de France à Madagascar.

Face à cette hausse des droits pour la demande de visa, les demandeurs malagasy expriment leur insatisfaction par rapport au traitement du dossier. En général, même si les dossiers de demande de visa soient exhaustifs et conformes avec un séjour clairement justifié, l’Ambassade  trouve  toujours des motifs de refus non fondés, confie un citoyen malagasy. « Au moins les frais au TLS Contact doivent être remboursables. Nous payons une somme conséquente pour recevoir par la suite un visa refusé. Et lorsque la demande est relancée avec la lettre d’engagement de retour au pays qui, dans la plupart des cas, est jugée non fiable, un refus catégorique vous tombe dessus. Or, avec cette deuxième demande refusée, le prix a été doublé à part le "petit coût" des papiers constituant l’ensemble du dossier. Pour deux personnes, mère et enfant, nous avons dû payer 450 000 ariary au premier essai et la même somme d’argent au deuxième essai. En tout, nous avons ainsi perdu 900 000 ariary pour avoir voulu visiter notre famille en France »,  témoigne une mère de famille.

Outre la hausse des frais de visa, la prolongation du délai de dépôt des demandes figure dans la liste de nouvelles règles pour l’obtention du visa Schengen en cette nouvelle année 2020. Les formulaires de candidature électronique vont prendre forme dans plusieurs pays. Il a été annoncé également que les autorités représentatives de chaque membre de l’espace Schengen doivent être présentes dans chaque pays tiers pour ce qui est de l’admission des visas après ce 2 février. De plus, les voyageurs fréquents ayant déjà reçu des visas peuvent bénéficier d’autres visas valides pour plus longtemps.

Recueillis par K.R.

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff