Publié dans Société

Saison des pluies - De simples gestes pour éviter les futurs incidents

Publié le dimanche, 10 février 2019

La dernière pluie dans la Capitale a fait des dégâts, notamment matériels. Il n’est plus à rappeler qu’avec seulement quelques heures de fortes pluies, Antananarivo a plongé sous les eaux…et ce pendant plusieurs heures. Voitures, étalages, mini-bacs à ordures et bien d’autres matériels ont été inondés, sans compter les milliers de personnes qui ont baigné dans l’eau, sans prendre en compte les saletés qui l’entoure. Pour ne pas revenir au sujet de la non-prise de responsabilité de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) face à la saison des pluies dans la Capitale, il y a lieu de dire que c’est le moment pour les responsables d’agir pour éviter les futurs incidents. De simples gestes peuvent effectivement éviter les problèmes. 

 

Dernièrement, on a pu constater que les branches des vieux arbres du côté d’Anosy, Mahamasina, Ambohidahy, Ambanidia et bien d’autres endroits ont été brusquement coupées par le vent et la pluie. Une moto, l’étalage d’un marchand de chaussures et quelques affaires personnels ont d’ailleurs été écrasés par une grande branche d’arbre du côté d’Anosy, jeudi dernier. Ceci pour dire que les sapeurs-pompiers devront dès maintenant agir afin d’éviter les drames, entre autres la coupure des arbres à risques. « J’ai peur quand je passe du côté d’Anosy et Ambohidahy. Plusieurs arbres se trouvant aux alentours de ces quartiers menacent de tomber. Cela arrivera un jour ou l’autre si on ne les coupes pas définitivement. Les dégâts seront considérables si par malheur, une branche d’arbre tombe sur une voiture, un « taxi-be », un taxi ou une voiture particulière, ou encore pire sur un passant. Il y aura sûrement des blessés. Je crois que le fait de couper ces arbres ne prendra pas beaucoup de temps pour les pompiers », explique Nary, chauffeur de bus de la ligne 137. 

En tout cas, en temps sec, et avant que la pluie ne tombe à nouveau, la CUA devrait rapidement passer au curage des canaux, sinon les mêmes problèmes reviennent, surtout pour ceux qui n’ont pas de voiture personnelle pour rentrer à la maison. On fait référence à ceux qui doivent courir après les « taxi-be » dans la boue et sous l’eau pour pouvoir rentrer. En cas de pluie, les enfants et les personnes infirmes n’ont pas la force comme les grandes personnes de faire la mêlée dans la foule et devront attendre des heures avant de pouvoir monter dans un bus. Il pourrait même arriver que ces derniers n’arrivent pas à trouver une voiture à force de rester trop longtemps à l’arrêt de bus. Il n’est plus à rappeler que la plupart des « taxi-be » dans la Capitale ne sont plus disponibles à partir de 19h 30.

T.A.

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff