Publié dans Politique

Libération du député « Leva » - Des magistrats de Toliara au cœur d’une enquête

Publié le vendredi, 14 février 2020

Les investigations dans le cadre de l’affaire de remise en liberté du député Ludovic Raveloson alias « Leva » continuent. Après la suspension de deux magistrats, à savoir le procureur général et le substitut général auprès de la Cour d’appel de Toliara, le ministère de la Justice passe à une nouvelle étape. D’après le procureur général du Pôle anti – corruption (PAC), Razafindrakoto Solofohery hier, une équipe du conseil de disciplines issue de la direction promotion de l’intégrité au sein du ministère est actuellement à Toliara pour mener une enquête. « Cette descente vise à déterminer la responsabilité des magistrats, s’il y a eu faute ou pas, dans cette affaire », a déclaré le procureur général du PAC. 

Condamné par le Tribunal de Morondava pour une peine de 5 ans d’emprisonnement ferme, le député Leva a insisté puis a finalement obtenu une liberté provisoire. Meurtre, exploitation et trafic de bois précieux, abus de pouvoir. Telles sont les charges qui pèsent sur le, désormais, ex – député. D’ailleurs, dans une déclaration en date du 11 février dernier, plusieurs organisations de la société civile œuvrant dans le domaine de l’environnement, dont l’Alliance Voahary Gasy, se sont dit être consternées par la décision de la Justice de libérer ce parlementaire. La société civile a ainsi lancé un vibrant appel pour mettre fin à l’impunité en matière de délits et crimes environnementaux.
S.R.

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff