Publié dans Politique

Détournement de deniers publics - L’ex-ministre Maharante de nouveau éclaboussé 

Publié le mercredi, 22 janvier 2020

Placé quelque mois seulement à la tête du ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique (MPNTD), Maharante Jean de Dieu, y a laissé des mauvaises impressions. Eclaboussé dans une affaire de détournement de deniers publics d’une somme de 5 milliards d’Ar, le nom du ministre est de nouveau cité dans un autre marché public, à forte connotation « fictif ». Il s’agit d’une dotation en matériels informatiques et TIC du centre incubateur de Fianarantsoa dont le montant avoisine les 700 millions d’Ar.L’affaire aurait été découverte par le plus pur hasard suite à une Inspection générale de l’Etat (IGE) du fait que l’un des fournisseurs du MPNTD, pour se disculper peut-être de la « faute commise », aurait réclamé verbalement auprès de celle-ci le non-paiement de sa prestation. Celui-ci, selon ses dires, est toujours en attente du paiement des livraisons de matériels qu’il a effectuées pour le compte du centre incubateur de Fianarantsoa. L’investigation plus poussée de l’IGE a permis de découvrir des failles dans ce marché dont la plus importante est qu’il n’y a jamais eu de livraison. Le premier responsable du centre bénéficiaire a confirmé l’inexistence de ces matériels en sa possession. L’IGE a également découvert des faits troublants entre autres que la passation de marché n’a pas respecté  les procédures au niveau de l’administration publique ainsi que des irrégularités flagrantes dans l’exécution du contrat. En effet, il n’y avait  pas d’appel d’offres alors que le montant en jeu est exorbitant et en plus le contrat octroie une avance de 60% au fournisseur, ce qui est tout à fait contraire aux règles du CMP qui fixe cette avance à 5%. Par ailleurs, il a été introduit dans la convention signée entre le MPNTD et le fournisseur, une facture identique (lots et montant) destinée au centre incubateur de Mahajanga alors que le marché de dotation en matériels de ce dernier a été  attribué à un autre fournisseur. Et à l’instar des autres affaires louches ayant touché le ministre Maharante Jean de Dieu, le paiement s’est fait par le biais de l’ARTEC.

Le fournisseur questionné quant au lieu de livraison de ces matériels destinés au centre incubateur de Fianarantsoa a donné une réponse qui conforte la thèse d’un présumé détournement réalisé par Maharante. Selon le gérant de la société, ces matériels entre autres un bibliothèque, 20 chaises pour bureau et autant de tables pour bureau de travail, 150 chaises pour salle de formation, un groupe électrogène et d’autres catégories d’articles, cinquante au total, ont été reçus par le ministre en personne et livrés dans son bureau même. Un bon de livraison en bonne et due forme a été d’ailleurs remis  au prestataire le lendemain.
Même si tous ces matériels se trouveraient entre les mains du ministère, le fournisseur, d’après lui, n’a reçu la moindre somme jusqu’à maintenant. Et pour cause, la banque de ce dernier a refusé le virement effectué pour  paiement  par l’ARTEC, à cause d’une erreur de transcription du numéro de compte du bénéficiaire. Suite à ce grain de sable qui a enrayé la machine, le compte de l’ARTEC n’a pas été débité, celui du fournisseur n’a pas été crédité mais la tentative de détournement existe bel et bien. Les matériels livrés d’ailleurs ne figurent nulle part sur le registre du centre incubateur de Fianarantsoa.

Face à ces délits, les inspecteurs d’Etat demandent à ce que Maharante Jean de Dieu, considéré comme auteur principal dans la tentative d’extorsion de fonds publics, soit traduit devant la Haute Cour de justice (HCJ). Deux dossiers brûlants relatifs à des détournements de deniers publics planent ainsi sur la tête de l’ex-ministre Maharante Jean de Dieu qui, notons-le rejeté par les employés, par le ministère de la Fonction publique, a été casé par les ex –dirigeants Hery Rajaonarimampianina et Olivier Solonandrasana Mahafaly au MPNTD.

Ces ardoises salées laissées par Maharante dans ce département ministériel expliquent certainement son exil volontaire à l’étranger, la seconde fois en l’espace de 18 ans. Le premier en 2002 pour des raisons politiques alors qu’il était gouverneur de la province autonome de Toliary et le second cette fois-ci pour des malversations financières.
La Rédaction


Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff