Publié dans Politique

Corruption et détournements - Un ministre de la Transition et deux ministres HVM devant la Haute Cour de Justice

Publié le lundi, 11 novembre 2019

Trois nouveaux dossiers impliquant des ministres des précédents régimes seraient déjà sur la table de la Haute Cour de Justice (HCJ).
Le premier dossier concerne un ministre chargé des Travaux publics dans le dernier Gouvernement de la Transition. Ce ministre, nommé sénateur dans l’actuelle Chambre haute, est happé dans une affaire de détournement de deniers publics dans le cadre d’une passation de marchés publics. L’affaire dont il s’agit concerne le versement suspect par cinq entreprises attributaires de marché de somme d’argent d’une valeur de plus de 700 millions d’ariary dans le compte de ce parlementaire. Débutées immédiatement, les investigations se sont poursuivies quelques années, pour être clôturées. Le deuxième dossier clôturé et transmis à la HCJ implique un ancien ministre des Postes et des Télécommunications du régime Rajaonarimampianina. Le journal que vous tenez en main avait rapporté l’affaire dont il s’agit dans ses colonnes il y a quelques mois. Le ministre en question est accusé d’être l’auteur d’un détournement « bevata » de plus de cinq milliards neuf cent millions d’ariary dans le cadre d’un marché fictif auprès de son département ministériel. Depuis l’éclatement de cette affaire, l’ancien ministre a disparu des écrans radars. Des bruits d’information annoncent que l’homme se serait envolé vers d’autres cieux pour s’installer hors des frontières malagasy. Forcé à l’exil pour des raisons politiques en 2002, l’ancien gouverneur lors du régime Ratsiraka serait cette fois-ci en exil volontaire pour des raisons criminelles.  Le troisième dossier sur la table de la HCJ concerne une ministre HVM.

Cette ancienne membre du Gouvernement est accusée d’implication dans une affaire de détournement d’une somme de plus d’un milliard d’ariary au titre de régie d’avance unique et exceptionnelle pour l’achat de différentes fournitures auprès du ministère de la Population en 2018. Dans cette affaire, tout laisse à penser qu’il s’agit d’un détournement puisque selon les informations obtenues, aucun marché public n’aurait été lancé, et aucune fourniture n’a été livrée. A l’époque, des rumeurs ont circulé selon lesquelles la somme d’argent aurait été acheminée dans des sacs depuis la Banque centrale vers le domicile de la ministre en question.  Les observateurs sont sceptiques sur la suite donnée à ces affaires. Jusqu’ici en effet, la Haute Cour de Justice n’a toujours pas travaillé. Pour beaucoup, elle ne mérite pas son appellation. En effet, en voyant la tournure des récentes affaires traitées en matière de corruption, nombreux sont ceux qui sont tentés de croire en l’existence d’une Haute Cour de l’injustice et de l’impunité des « gros poissons » de la République malgré les efforts menés par certaines entités pour essayer de mettre un coup d’arrêt à ces criminels en col blanc.
Force est en effet de constater que jusqu’ici aucune affaire n’a eu de suite. Pour ne citer que le cas des subventions exceptionnelles accordées par l’ancien ministre de l’Intérieur, Olivier Mahafaly Solonandrasana, des cas pour lesquels la femme d’affaire Claudine Razaimamonjy croupit en prison.  Pareil pour le cas de la vente de la villa Elisabeth dans lequel le nom d’un ancien ministre avait été cité et pour lequel un ancien haut fonctionnaire devenu député est actuellement en prison.
La complexité de la procédure est mise à l’index par bon nombre d’observateurs. Pour que des ministres ou des parlementaires soient traduits devant la HCJ, il faut que la requête soit déclarée recevable par le Procureur général de la Cour suprême, que cette requête soit ensuite transmise à l’Assemblée nationale, que la majorité des députés adoptent une résolution de mise en accusation avant qu’une chambre d’instruction créée auprès de la HCJ ne se mette en branle…
 La Rédaction

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff