Publié dans Politique

Grâce présidentielle - Trois vieillards quittent la prison d’Antanimora!

Publié le vendredi, 01 novembre 2019

Libération immédiate ! 6 détenus dont 03 vieillards ont pu quitter la prison d’Antanimora hier à la  suite de la visite du Président de la République, Andry Rajoelina, jeudi dernier. Emprisonnés respectivement pendant 33, 27 et 28 ans, ils ont bénéficié d’une grâce présidentielle. Deux d’entre eux ont été condamnés à des peines de travaux forcés à perpétuité, tandis que l’un est condamné à 20 ans de travaux forcés. Il a fallu attendre la sortie du décret corroborant la déclaration du Président hier pour que les détenus en question quittent la prison de manière effective.

Outre ces trois personnes, âgées respectivement de  72 ans, 69ans et 67ans,  le Président Andry Rajoelina a également gracié trois jeunes dont deux ont été condamnés à deux ans d’emprisonnement pour …vol de poissons tandis que le troisième n’a plus qu’un mois à purger sur les 18 mois de sa peine à cause d’un vol de récolte sur pied.

Ces six « anciens prisonniers » ont recouvré la liberté et ont rejoint leur famille respective. L’un des trois vieillards de son état de santé a dû être hospitalisé dès sa sortie d’Antanimora où il a été accueilli par son fils. D’après les confidences des deux âgés graciés par le Président Rajoelina, l’un n’a jamais eu de visite de ses proches depuis son incarcération tandis que la famille de l’autre a cessé de faire le déplacement à la prison d’Antanimora voilà bientôt dix ans. La direction des affaires sociales de la Présidence a remis un viatique à ces graciés alors que les jeunes délinquants libérés suivront un programme de réinsertion sociale.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a également profité de cette visite pour remettre en question la décision de placement sous mandat de dépôt systématique. Il estime que souvent, certains juges se hâtent d’emprisonner un suspect sans tenir compte du fond du dossier incluant les éléments qui peuvent être à décharge. D’ailleurs, le fait que les prévenus soient beaucoup plus nombreux que les condamnés prouve l’existence d’une faille dans la Justice. Et de rappeler qu’en principe, la détention préventive est une mesure appliquée pour éviter qu’un suspect dangereux ne s’échappe. Par la même occasion, l’homme fort du pays a crevé l’abcès sur la pratique de la détention abusive ou arbitraire qui concerne le plus souvent les juridictions spéciales. Une mauvaise pratique qui est malheureusement devenue monnaie courante et qui constitue l’une des principales causes de surpeuplement des prisons malagasy.

Afin de montrer que les prisonniers ne sont pas des oubliés, le Président a visité tous les quartiers de la prison incluant celui des femmes, des hommes et des mineurs. Il a eu l’occasion d’écouter des témoignages de plusieurs détenus concernant le motif, parfois anodin, de leur emprisonnement.

Tous les dossiers des prévenus traités avant le 15 décembre

En s’adressant aux détenus qui n’ont pas encore fait l’objet d’un procès, le Président de la République a déclaré que la procédure judiciaire va être accélérée. Pour ce faire, il a donné des consignes au ministre de la Justice, Jacques Andrianasolo pour se pencher sur les détails de la procédure. Le Garde des Sceaux a annoncé que « le nombre d’audiences sera doublé et tous les dossiers qui n’ont pas été jugés seront traités d’ici le 15 décembre ».

Outre la rencontre avec les détenus, le Président Andry Rajoelina a également pu s’entretenir avec les membres du personnel de l’administration pénitentiaire. L’occasion pour lui d’aborder plusieurs sujets dont l’amélioration des conditions carcérales respectant les droits de l’homme. « Les prisons doivent normalement être des lieux de correction. Il doit également y avoir des formations professionnelles pour faciliter la réinsertion des prisonniers après avoir purgé leurs peines », a affirmé le Président. Il a aussi promis la dotation de nouveaux matériels pour équiper la prison d’Antanimora comme les groupes électrogènes pour pallier les coupures d’électricité, des véhicules et des matériels informatiques. A cela s’ajoute un nouveau recrutement d’agents pénitentiaires ainsi que la remise de prime à titre de motivation. Le Chef de l’Etat a aussi ordonné la cessation de toutes pratiques de corruption au sein de la prison.

La Rédaction 

Fil infos

  • Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana
  • Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere
  • Ny Rado Rafalimanana - Les bluffs grossiers de l' « ambassadeur »
  • Reboisement - Christian Ntsay et son équipe s’y mettent !
  • Ludovic Adrien Raveloson - Le député déchu toujours en cavale
  • Haute Cour de Justice - Les premières mises en accusation attendues au mois de mai
  • Jean Yves Le Drian sur les îles éparses - Bientôt une seconde réunion de la commission mixte
  • Affaire « Tahisy » - La mère de la défunte de nouveau enquêtée
  • Lutte contre le Kere - L'Etat apporte des solutions
  • Velirano, un an après - Les projets présidentiels en marche

La Une

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff