Publié dans Politique

Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?

Publié le vendredi, 16 août 2019

Après la déclaration officielle du TIM sur son appartenance à l’opposition au régime en place, le fondateur de ce parti, Marc Ravalomanana, est sur tous les fronts afin d’apporter les arguments plaidant pour une opposition officielle dans un régime démocratique. Une croisade sur le tard qui amène à penser que, en ignorant que le principe est déjà consacré depuis 2011 par la loi n°2011 – 013 du 9 septembre 2011 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition, le prêcheur lui-même serait un converti de fraîche date.  Dans tous les cas, beaucoup se demandent si Marc Ravalomanana n’a pas la mémoire courte pour oublier que, lorsqu’il était au pouvoir, pourchasser les opposants était son sport favori.

 

Doit-on rappeler en effet le régime TIM était passé maître dans l’art de « monter des dossiers » à l’encontre de tous ceux qui osent se dresser sur son chemin. Citons, entre autres, le cas du maire de Toamasina Roland Ratsiraka qui, en 2007, a été destitué et poursuivi pénalement sur la base d’un dossier vide. Après avoir goûté la compagnie des rats géants de la geôle d’Ambalatavohangy,  le neveu de l’Amiral rouge a été innocenté purement et simplement à l’issue de son procès. On rappellera au passage que ce sera la diffusion de la prestation audiovisuelle du même Amiral rouge, qui tenait alors un langage d’opposant au régime Ravalomanana, qui va coûter en 2008 à la station privée VIVA une mesure de fermeture dans  un premier temps, puis un violent assaut manu-militari le réduisant définitivement au silence dans un second.

C’est d’ailleurs la vie dure menée au jeune maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina, élu en 2008, lequel a cristallisé l’opposition au pouvoir du puissant patron de l’empire Tiko, qui aura été à la source de la descente aux enfers de ce dernier. « Tsy azo ekena ho lasan’ny mpanohitra Antananarivo » (il est hors de question qu’Antananarivo tombe entre les mains de l’opposition, traduction libre), s’est exclamé Marc Ravalomanana lorsque la victoire du leader du TGV a commencé à se dessiner au vu de l’allure prise par les propagandes électorales pour la mairie de la Capitale. On se souvient également du « ampidino ny tongotra ! » (Décroise tes jambes !) aboyé sèchement devant les caméras au nouvel édile de la Ville des Mille alors en visite de courtoisie auprès du Président de la République en exercice, suite à son élection. Il en est de même de la phrase  mémorable « Tsapao aloha ny herinareo vao mitsapa ny aty » (évaluez bien vos forces avant de vous mesurer à moi, traduction libre) balancée devant la presse nationale alors que la crise de 2009 était à son paroxysme.

En militant actuellement pour l’opposition, il apparaît que Marc Ravalomanana est en train de faire son mea culpa et celui de sa propre gouvernance. La question est de savoir s’il le fait en toute humilité ou par pure hypocrisie. Dans tous les cas, il semblerait bien que le siège de 7e vice-président de l’Assemblée nationale y est pour beaucoup.

Hery Mampionona

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff