Publié dans Politique

Marché d’Andravoahangy - Racket de 30 à 60 millions pour un emplacement

Publié le vendredi, 09 août 2019

Le scandale des constructions sur le parking du marché d’Anosibe n’est pas encore près de livrer tous ses secrets que voilà un autre du même acabit pointe son nez. A quelques nuances près, les deux  cas semblent sortir du même moule. L’un et l’autre ont pour cadre des marchés municipaux, le premier à Anosibe et le second à Andravoahangy. Tous deux ont pour acteurs principaux, d’un côté, des délégués du marché, appuyés par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), et de l’autre des marchands réguliers desdits marchés. Le mode opératoire est pratiquement le même : des constructions à usage commercial sont érigées dans l’enceinte des marchés en question et elles sont destinées à être cédées contre des sommes s’élevant à des dizaines de millions de francs. Face à la levée de boucliers des marchands déjà en place face à l’initiative, des délégués se lèvent pour en défendre la légalité, laquelle est confirmée par la mairie. Cette dernière de déclarer en effet que les constructions litigieuses ont bel et bien reçu son autorisation. Mais si la CUA a délivré une autorisation, il doit donc bien y avoir quelque part un demandeur. Au vu de leur prise de position aussi bien à Anosibe qu’à Andravoahangy, on serait enclin à dire qu’il s’agit des délégués. Doit-on alors conclure que ces derniers, en agissant comme de véritables propriétaires, ont droits et pouvoirs sur les terrains des marchés communaux ? Ce qui serait une aberration pure et simple. Aussi extraordinaire que cela puisse paraître cependant, ce serait la stricte réalité, du moins si l’on s’en tient à ce qui se passe du côté du marché d’Andravoahangy.

 

En effet, des marchands occupant des parcelles dans ce marché depuis plusieurs années rapportent que des délégués leur auraient d’abord proposé la construction sur leur emplacement de locaux en dur moyennant 12 millions d’ariary (60 millions de Fmg). A la réponse des premiers selon laquelle, ils préfèrent prendre eux-mêmes en charge le réaménagement proposé, les seconds leur ont alors signifié que, dans ce cas, il leur faudra payer 6 millions d’ariary (soit 30 millions de Fmg). Si ce n’est pas du racket, Dieu que ça y ressemble. Face à l’impossibilité des marchands titulaires de s’acquitter des sommes demandées, contre vents et marées, les constructions ont démarré avec en perspective leurs cessions à de tierces personnes prêtes à y mettre le prix. C’est ce qui, entre autres, est à la source du bras-de-fer engagé entre ceux qui sont derrière les travaux en cours d’une part et les marchands en passe d’être évincés d’autre part. A Anosibe et à Andravoahangy, c’est la même bizarrerie : Des délégués qui luttent becs et ongles pour l’arrivée de nouveaux concurrents face à ceux dont ils sont pourtant censés défendre les intérêts.  Cherchez l’erreur…
 Hery Mampionona

Un petit-déjeuner servi chaud pour le nouveau DG du Bianco
Les dernières nouvelles concernant cette affaire du marché d’Andravoahangy font état d’une imminente saisine du Pôle anti-corruption (PAC) par les commerçants qui sont éjectés purement et simplement de l’endroit en raison de la décision prise, contre leur gré, de construire sur leurs emplacements des locaux en dur. L’on s’étonne en effet que la CUA ait pu délivrer une autorisation aux infrastructures en question. Non seulement certaines de ces dernières – notamment celles sises dans la partie dite « Etal »  - sont en totale infraction aux prescriptions d’urbanisme en étant érigées sur des canaux d’assainissement, mais il apparaît également que la décision en elle-même semble ne pas avoir obéi aux règles encadrant de telles initiatives à la CUA. Pas plus tard qu’avant-hier en effet, un projet visant à construire des stands similaires sur l’Avenue de l’Indépendance a été soumis au Conseil municipal de la Capitale mais rejeté par celui-ci. A ce qu’on sache, ni les travaux du marché d’Anosibe, ni ceux d’Andravoahangy ne sont pas passés par une telle procédure. La question à laquelle le BIANCO – dont le nouveau DG vient tout juste de prêter serment - devra apporter une réponse est de savoir ce qui peut bien motiver les délégués incriminés à  s’improviser « mpanera » (démarcheurs ou agents immobiliers) sur des terrains qui ne leur appartiennent pas et partant, pour des recettes qui, en principe, ne devraient nullement atterrir dans leurs poches.
 H.M.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff