Publié dans Politique

Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus

Publié le mercredi, 17 juillet 2019

Après l’élection de son président la veille, lors de l’ouverture officielle de la session spéciale, le bureau permanent de l’Assemblée nationale se complète. Les 6 vice-présidents de la Chambre basse ont été les premiers à être désignés hier. Il s’agit de Rasolonjatovo Honoré dit Papasolo (vice-président pour l’ex-province d’Antananarivo), Bavy Angelica (vice-présidente pour l’ex-province de Toamasina), Jean Jacques Rabenirina (vice-président pour l’ex-province de Toliara), Nina Rahantanirina (vice-présidente pour l’ex-province de Mahajanga), Jocelyne Rahelihanta (vice-présidente pour l’ex-province d’Antsiranana) et Jean Brunelle Razafintsiandraofa (vice-président pour l’ex-province de Fianarantsoa).

Tout comme Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale, les 6 vice-présidents sont tous issus de la coalition présidentielle Isika rehetra miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina et ont tous été les seuls candidats en lice à leurs postes respectifs. Les six candidats ont récolté de 128 à 140 voix, sur les 145 exprimées. Les trois questeurs ont également été élus hier. A savoir Jean Michel Henri (Questeur I) et Lanto Rakotomanga (Questeur II) ainsi que Mamy Rabenirina (Questeur III). Les deux premiers sont issus de l’IRD tandis que le troisième est issu de l’opposition, puisqu’il a été élu sous les couleurs du parti Tiako i Madagasikara. Il est à noter qu’ils ont également été candidats uniques. Sauf changement, les postes de rapporteur général et rapporteur général adjoint ne devraient être connus que ce jour. Les présidents des diverses commissions permanentes devraient également livrer leur verdict cette même journée. Des postes qui, pour la plupart, devraient vraisemblablement échoir entre les mains des députés élus sous l’étiquette d’indépendants n’ayant brigué aucun des postes cités supra jusqu’ici.

La Rédaction

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff