Publié dans Politique

Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France

Publié le vendredi, 29 mai 2020

Diviser pour mieux régner ? Depuis une semaine environ, la construction d’une arène dans l’enceinte du site royal du Rovan’Antananarivo est au cœur d’une polémique à Madagascar. Un dossier qui vient mettre à rude épreuve la solidarité des malagasy, en pleine revendication de la restitution des îles Eparses.

 

Pour rappel, le bâtiment aux allures d’une arène construite dans le Rovan’Antananarivo est prévue être livrée le 26  juin prochain, 60e anniversaire du retour de l’indépendance du pays. Dénommée, Kianja Masoandro, l’infrastructure en question est conçue pour accueillir des représentations autour de l’histoire de Madagascar. Des opposants au projet ont été nombreux à être sortis au front. Les soutiens au projet n’en démordent également pas. Il ne se passe quasiment un jour sans que le sujet ne soit remis sur la table. Le dernier en date à remettre de l’huile sur le feu est l’ancien Président de la République, Marc Ravalomanana. Cette polémique vient en tout cas fragiliser la solidarité malagasy, déjà mal en point à cause de la pandémie de coronavirus, alors que le pays est en pleine revendication des îles Eparses.

Faut-il en effet rappeler que le bras de fer entre la France et Madagascar sur le statut des îles Eparses a connu un durcissement au début de ce mois. Le Président de la République de Madagascar avait, sur France 24, réaffirmé la souveraineté de Madagascar sur ces îles. Dans la foulée, le ministère français de la Transition écologique avait lancé une consultation publique portant sur un projet de décret relatif à la création de la « réserve naturelle nationale de l’archipel des Glorieuses ». Le ministre des Affaires étrangères malagasy, Djacoba Tehindrazanarivelo, avait alors convoqué l’ambassadeur de France à Madagascar.  Le numéro un de la diplomatie malagasy avait alors souligné l’opposition ferme de l’Etat malagasy au projet du gouvernement de la République française, dénonçant au passage un acte de défiance de la partie française. Dernièrement, c’étaient les députés de Madagascar qui sont montés au créneau pour demander la médiation des organisations régionales africaines dans cette affaire.

En tout cas, hasard ou non, cette polémique sur le Kianja Masoandro est en train d’offrir un grand bol d’air frais pour la France avec qui Madagascar est en litige. La solidarité malagasy est mise à rude épreuve. De là à dire que toute la polémique entourant cette construction est diligentée depuis l’hexagone, il n’y a qu’un pas que certains observateurs n’hésiteront pas à franchir. Certains se demandent d’ailleurs pourquoi la construction de cette arène est ressortie au-devant de l’actualité presque aussi soudainement. L’édification de ce bâtiment a en effet été annoncée avant même le début des travaux de réhabilitation entrepris au sein du site royal.

La Rédaction

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff