Publié dans Politique

Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina

Publié le mardi, 26 mai 2020



Malgré le titre pompeux de certaines agences de presse internationale, il n’y a pas eu de cadavres ramassés dans la capitale de la Région Atsinanana, Toamasina. Des cadavres auraient été ramassés ces derniers jours dans les rues de Toamasina, sans qu’on ne connaisse les causes de ces décès, indiquent en effet des dépêches, publiées sur les sites web de ces agences de presse connues. Ces agences laissent entre autres entendre que l’envoi de renforts de militaires et de médecins à Toamasina auraient un lien avec ces corps retrouvés dans les rues…Il faut souligner d’emblée que les éléments des Forces de l’ordre, tout comme les médecins déployés à Toamasina, seront chargés de maintenir l’ordre et de faire appliquer les mesures sanitaires ordonnées par le pouvoir central. La distribution du  tambavy CVO pourrait également faire partie des attributions de ces éléments des Forces de l’ordre.
En outre, il est utile de souligner la mauvaise foi de ces dépêches. En effet, des propos du porte-parole du Centre de commandement opérationnel – Covid-19 ont été sortis de leur contexte par l’auteur de la dépêche pour étayer son propos. Dans les propos attribués au Professeur Hanta Marie Danielle Vololontiana, la doyenne de la Faculté de médecine de l’université d’Antananarivo parlait notamment de la comptabilisation des morts du coronavirus à Madagascar et en particulier, les patients positifs au coronavirus, mais morts d’une autre pathologie. Des propos qui ont été repris par les agences de presse en question pour étayer leurs articles.
En tout cas, aucun cadavre n’a été ramassé dans les rues de Toamasina. Faire un amalgame entre les personnes ayant perdu connaissance pour diverses raisons et retrouvées inconscientes dans les rues, et des décès de personnes atteintes de coronavirus est totalement déplacé de la part de ces agences. Officiellement, seuls deux patients sont morts du coronavirus à Madagascar, tous recensés à Toamasina. Il est vrai qu’une crainte d’une flambée de l’épidémie se fait sentir sur le territoire, toutefois les affirmations de ces médias laissent perplexes. La question est de savoir quel est l’objectif de ces agences de presse ou plutôt de leurs correspondants à Madagascar ? Un rappel à l’ordre de la part des autorités compétentes pour des cas de désinformation flagrants tels que celui-ci serait compréhensible, si certains détracteurs du pouvoir crieraient eux encore une fois à l’atteinte à la liberté d’expression à Madagascar…

La Rédaction

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff