Publié dans Politique

Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent

Publié le lundi, 25 mai 2020

La solidarité africaine, qui pousse spontanément les hommes d'une même aire culturelle à s'entraider, est-elle une chimère? La question est posée actuellement. La semaine dernière, au moins une soixantaine de députés de Madagascar, issus du parti au pouvoir et des indépendants, ont effectué une déclaration solennelle au Centre de  conférence international d'Ivato pour appeler une médiation de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) ou de l'Union africaine, dans le dossier des îles éparses dans lequel Madagascar et la France sont en litige.

Une déclaration qui faite suite notamment à la convocation par le ministre des Affaires étrangères de Madagascar, de l'ambassadeur de France, en début de semaine et au cours de laquelle le premier responsable de la diplomatie malagasy avait affirmé l'occasion ferme de l'Etat malagasy au projet du gouvernement de la République française de créer une réserve naturelle nationale sur l'archipel des Glorieuses, une des îles formant les îles Eparses. Une prise de position claire de la France qui fait elle-même suite à une interview du Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina, sur la chaîne de télévision France 24, lequel avait réaffirmé la souveraineté Malagasy sur les îles Eparses en vertu des lois internationales. Ces parlementaires de la Chambre basse estiment que la récente déclaration du gouvernement français, relative à l'archipel des Glorieuses, est un acte de défiance et est contraire aux résolutions  34/91 et 35/123 de l'Assemblée générale des Nations unies en 1979. Depuis ces résolutions, les gouvernements africains, les organisations sous régionales et l'Union africaine ont fait preuve de peu voire pas de solidarité envers Madagascar. La division politique et idéologique du monde et donc de l'Afrique en deux blocs, pourrait expliquer pourquoi certains pays africains étaient réticents à afficher leur solidarité envers la Grande île. 

Toutefois, cette époque est révolue. La solidarité doit aujourd'hui primer. Les îles Eparses restent les derniers territoires coloniaux en Afrique. Des marques de solidarité sont ainsi attendues des pays africains, en particulier, ceux qui ont une histoire commune avec Madagascar, pour ne citer que le Maroc, l'Afrique du Sud, le Rwanda, Maurice…En tout cas, les gouvernements africains, les organisations sous régionales et l'Union africaine sont invités à s'exprimer ou à se manifester pour soutenir l'action menée par Madagascar dans sa lutte pour la rétrocession des îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India, formant les îles Eparses. Autrement ladite solidarité africaine ne serait qu'une légende. Si cette solidarité africaine existait réellement, ils devraient donner un écho favorable à la demande des députés de Madagascar. 

La Rédaction

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff