Publié dans Politique

Traitement du coronavirus - Un médicament à l’essai à Madagascar

Publié le mercredi, 08 avril 2020


Madagascar est sur la piste d’un possible traitement permettant d’endiguer la propagation du coronavirus. L’information a été livrée par le Président de la République Andry Rajoelina, hier au cours de son rendez-vous avec la population malagasy sur la Télévision nationale malagasy. Le Chef de l’Etat indique que le médicament fera l’objet d’un essai et que de nombreux chercheurs ainsi que des laboratoires sont prêts à collaborer avec Madagascar. Andry Rajoelina indique que ceci sera administré aux patients atteints de coronavirus qui donneront leur consentement. Le traitement en question est à base de médicaments disponibles dans la Grande-île, indique-t-il sans plus de précision. « Madagascar est engagé dans une véritable course », dit-il, en parlant des essais qui vont être menés. Il a évoqué que le protocole d’administration du médicament a été étudié. Le Président a également affirmé qu’il s’agit d’un médicament trouvé par des chercheurs malagasy. Tempérant les ardeurs, il affirme que la validation du traitement doit passer par de nombreuses étapes. Il a déclaré que ce médicament avait existé depuis longtemps, mais a toujours été destiné à l’exportation.
Dans la foulée, il annonce que l’exportation du médicament et de ces intrants est désormais interdite et que les stocks de matières premières pour sa fabrication seront étroitement surveillés. « Je suis convaincu par les explications des scientifiques qui affirment que le médicament permettant de combattre le coronavirus peut être trouvé à Madagascar », a indiqué Andry Rajoelina. A ce sujet d’ailleurs, le Président de la République soutient qu’il s’attèlera ces prochains jours à la mise en place d’une usine pharmaceutique dans le pays.
D’autres annonces ont été faites par le Président Andry Rajoelina. Il a notamment été ferme pour indiquer que toutes les aides fournies par l’Etat doivent arriver à leurs bénéficiaires. Il a affirmé que les habitants des « Fokontany » dans les Régions d’Analamanga, Atsinanana et Haute-Matsiatra seront répertoriés et inscrits sur une base de données numériques. Il a également souligné que les « Fokontany » seront équipés d’ordinateurs et que chaque foyer sera doté d’une carte magnétique. Le Chef de l’Etat assure que l’initiative sera appuyée financièrement par la Banque mondiale. Ce projet de digitalisation doit être mis en œuvre dans 6 mois. Toutefois, la situation actuelle nécessite la mise en œuvre de ce projet dans un délai de 10 jours. Le Président a par ailleurs invité chaque Malagasy à prendre conscience de la gravité de la pandémie, alors que de plus en plus de gens sortent de chez eux en défiant littéralement la maladie (voir article par ailleurs).
La Rédaction

Fil infos

  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  

Editorial

  • Uni pour une cause
    Madagasikara resserre les rangs pour une cause plus que vitale. Le Chef de l’Etat, Rajoelina Andry Nirina, lors de la dernière intervention dans le cadre d’une « émission spéciale » sous forme d’une interview, appelle à l’unité sans faille de tous les Malagasy. Madagasikara affronte, au même moment, trois défis majeurs au terme desquels tous les Malagasy n’ont point pas le droit de rater. L’état d’urgence sanitaire national, la « récupération » des Iles malagasy (Iles Eparses) et la restauration suivie des travaux de construction du « Kianja Masoandro ».  

A bout portant

AutoDiff