Publié dans Politique

Marc Ravalomanana - Récupération politique en pleine crise sanitaire

Publié le lundi, 06 avril 2020

C’est plus fort que lui ! L’ancien Président Marc Ravalomanana prend du plaisir à se mettre sur le devant de la scène. Du coup, le locataire de Faravohitra ne rate plus aucune occasion pour se mettre en valeur et ce jusqu’à profiter d’une crise sanitaire pour effectuer une récupération politique. Alors que la population est encore préoccupée par la menace de propagation du noronavirus, l’ex – Chef d’Etat ne trouve pas mieux à faire que de multiplier les apparitions médiatiques. Il enchaîne les déclarations visant à paraître comme « le dirigeant » parfait. Une image qu’il n’a pourtant pas su garder lorsqu’il était au pouvoir. En agissant ainsi, il ne fait pas exception aux autres politiciens malagasy qui acquièrent une sagesse politique soudaine lorsqu’ils ont perdu leur siège.
La frustration des dernières élections organisées dans le pays ronge – t – elle encore le fondateur du « Tiako i Madagasikara » ? À l’heure où le patriotisme politique est plus que d’actualité, l’ancien exilé d’Afrique du Sud bloque encore sur ses multiples tentatives ratées de reprendre le pouvoir. En tout cas, ses faits et gestes de ces derniers temps laissent fortement paraître sa grande soif de pouvoir inassouvie.
A quand le vrai patriotisme ?
D’aucuns n’ignorent que l’ancien Président reçoit le soutien de ses partisans qui n’hésitent pas à utiliser plusieurs comptes sur les réseaux sociaux pour dénigrer le régime et se mettre, par la suite, en valeur à travers des solutions que même un citoyen lambda novice en politique pourrait trouver sans difficultés. A titre d’exemple, l’idée du bidon jaune ou orange utilisée à titre de réservoir d’eau avec un robinet. Il faut savoir que Marc Ravalomanana n’est pas le premier à avoir eu l’idée mais il ne s’est pourtant pas dérangé à s’en attribuer les mérites.
S’il est réellement animé par une quelconque forme de patriotisme, qu’il agisse tout simplement et de manière discrète sans recourir à des tapages médiatiques. Faisant semblant de tendre la main aux actuels dirigeants, il est pourtant plus qu’évident que l’ancien Président et son équipe préparent la technique du « kobay an – kelika ». A chaque prise de décision du régime, les partisans du TIM échafaudent des stratégies pour lancer des critiques à travers des publications à profusion sur les réseaux sociaux. L’objectif est de tirer profit de chaque situation. Rien de vraiment répréhensible s’il s’agit d’un contexte politique ordinaire sauf que cette fois – ci, le moment est très mal choisi. Il est question de vie ou de mort. Vouloir s’attirer des coups de projecteurs et rechercher des « j’aime » en pareille situation est plus qu’irrespectueuse envers le peuple malagasy !
La Rédaction

Fil infos

  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  

Editorial

  • Uni pour une cause
    Madagasikara resserre les rangs pour une cause plus que vitale. Le Chef de l’Etat, Rajoelina Andry Nirina, lors de la dernière intervention dans le cadre d’une « émission spéciale » sous forme d’une interview, appelle à l’unité sans faille de tous les Malagasy. Madagasikara affronte, au même moment, trois défis majeurs au terme desquels tous les Malagasy n’ont point pas le droit de rater. L’état d’urgence sanitaire national, la « récupération » des Iles malagasy (Iles Eparses) et la restauration suivie des travaux de construction du « Kianja Masoandro ».  

A bout portant

AutoDiff