Publié dans Editorial

Dérives de la démocratie

Publié le vendredi, 04 janvier 2019

Abus ! Marc Ravalomanana et ses partisans seraient-ils allés trop loin ? Auraient-ils trop appuyé le bouchon ? En tout cas, simples citoyens et observateurs politiques constatent que des manifestants, trop passionnés, commirent des abus à l’encontre de la démocratie. Bouderies. Des enfantillages enquiquinants sinon des caprices d’enfants éternellement insoumis et insatisfaits de leur part de « bonbons » et qui contestent sans cesse et donnent du fil à retordre aux parents. Des bouderies qui témoignent le manque de maturité de certains de nos acteurs politiques. Au final, des gestes impudents  mettant à mal notre fragile stabilité et notre chancelante démocratie. De quoi à inquiéter sérieusement la Communauté Internationale (C.I.)!

Selon des sources concordantes, largement relayées sur les réseaux sociaux, les débordements sur la place publique des partisans de Ravalomanana n’ont pas laissé indifférente la C.I. En effet, des membres influents des Partenaires techniques et financiers de Madagascar auraient « convoqué » le candidat n° 25 Marc Ravalomanana à la chancellerie. Ils  l’auraient « invité » à prioriser la voie légale dans toutes les démarches en cas de contestation. Car il faut bannir, à jamais, ce réflexe malfaisant de descendre dans la rue à chaque fois qu’on ne soit pas d’accord sur un tel ou tel sujet. Madagascar, en quête de stabilité et de sérénité, ne mérite plus de tels agissements. Afin qu’elle ait une assise solide, l’alternance démocratique nécessite impérieusement une obéissance lucide envers le choix du plus grand nombre. Dans toute démocratie qui se respecte, la majorité prime tandis que la minorité cède. Elle n’a d’autres issues que de se plier. C’est la démocratie !

Au Brésil, l’ultra-conservateur Jair Bolsonaro, l’ancien capitaine de l’Armée, remporta haut la main  la victoire, et ce, à une large majorité de 55 % face au candidat socialiste de gauche. Une confortable position qui rend perplexe les observateurs  craignant des dérives de tout genre mais c’est le choix  des Brésiliens dans sa majorité et le reste se plie. La démocratie passe par là. Le Brésil, la première puissance de l’Amérique latine montre ainsi l’exemple d’un pays avancé. Une leçon de démocratie que nos apprentis sorciers de la politique doivent bien apprendre !

A Madagascar, en plein tournant décisif marquant le virage historique vers un avenir plus radieux, l’heure n’est plus aux velléités des dérives destructives. Le pays doit veiller à ne plus se livrer à tout mouvement contre-productif. Malheureusement, dans l’attente du verdict irrévocable de la HCC, certains esprits s’échauffent déjà. Ayant l’amer pressentiment des effets pervers de la direction du vent qui souffle, des têtes brulées abusent de la démocratie. En fait, la démocratie est une arme à double tranchant dont le mauvais usage pourrait provoquer un incident fâcheux. Un couteau tranchant entre les mains d’un maladroit ou d’un imprudent pourrait lui faire mal et lui coûter cher. De toute manière, il n’y a rien de quoi s’énerver, nous ne sommes pas au Congo (RDC) où tous les outils de communication (Internet, Facebook, etc.) sont coupés durant cette période de comptages des voix. La RFI voit son antenne suspendue. Chez nous, par contre, grâce aux efforts déployés par la CENI, tout  s’effectuait dans la transparente totale !

Ainsi, attention au dérapage ! Prenons garde constamment des dérives de la démocratie !

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés
  • Ambilobe - Deux attaques à main armée en l’espace de 24 h
  • Réhabilitation de Notre-Dame de Paris - Un élan de solidarité à copier !
  • Elections municipales 2019 - Antananarivo à la recherche de la perle rare !
  • Tensions entre HVM au Sénat - 35 sénateurs signent une demande de session extraordinaire
  • Faux diplômes - Le directeur régional de la pêche de Mahajanga sous Md
  • Evacuation sanitaire d’une prisonnière - Le BIANCO et le PAC saisis de l’affaire
  • Forêt de Vohibola - « Nous étions purement et simplement kidnappés », dixit des Tangalamena
  • Réhabilitation et bitumage de la route Ambilobe-Vohémar - Andry Rajoelina passe à l’action
  • Corruption, faux et usage de faux - L’épouse d’un officier sous MD, un haut responsable du centre immatriculateur sous contrôle judiciaire

Editorial

  • Cœur en flammes !
    Notre-Dame de Paris s’embrase. « Le cœur en  cendres » titrait à la Une un célèbre quotidien parisien. En effet, le cœur de Paris sinon le cœur de la France voire le cœur de l’Europe a pris feu ! Sans doute, Notre-Dame de Paris est le symbole national de l’Histoire de France. Un des édifices historiques qui témoigne de la valeur culturelle et religieuse des Français. Bâti en 1163 dans l’Ile de la Cité,  sous le règne de Louis VII et à l’initiative de l’évêque de Paris, Maurice de Sully, elle ne sera achevée, du moins la structure principale, qu’en 1345. La durée des travaux s’étalait donc sur deux siècles. A titre de comparaison hâtive, les ouvriers ont mis trente ans pour finir les travaux de construction de l’Arc de Triomphe sur la Place de l’Etoile à Paris (1806-1836), et cela, malgré la pression impatiente du commanditaire des travaux, un certain Napoléon 1er.…

A bout portant

AutoDiff