Publié dans Editorial

Dérives de la démocratie

Publié le vendredi, 04 janvier 2019

Abus ! Marc Ravalomanana et ses partisans seraient-ils allés trop loin ? Auraient-ils trop appuyé le bouchon ? En tout cas, simples citoyens et observateurs politiques constatent que des manifestants, trop passionnés, commirent des abus à l’encontre de la démocratie. Bouderies. Des enfantillages enquiquinants sinon des caprices d’enfants éternellement insoumis et insatisfaits de leur part de « bonbons » et qui contestent sans cesse et donnent du fil à retordre aux parents. Des bouderies qui témoignent le manque de maturité de certains de nos acteurs politiques. Au final, des gestes impudents  mettant à mal notre fragile stabilité et notre chancelante démocratie. De quoi à inquiéter sérieusement la Communauté Internationale (C.I.)!

Selon des sources concordantes, largement relayées sur les réseaux sociaux, les débordements sur la place publique des partisans de Ravalomanana n’ont pas laissé indifférente la C.I. En effet, des membres influents des Partenaires techniques et financiers de Madagascar auraient « convoqué » le candidat n° 25 Marc Ravalomanana à la chancellerie. Ils  l’auraient « invité » à prioriser la voie légale dans toutes les démarches en cas de contestation. Car il faut bannir, à jamais, ce réflexe malfaisant de descendre dans la rue à chaque fois qu’on ne soit pas d’accord sur un tel ou tel sujet. Madagascar, en quête de stabilité et de sérénité, ne mérite plus de tels agissements. Afin qu’elle ait une assise solide, l’alternance démocratique nécessite impérieusement une obéissance lucide envers le choix du plus grand nombre. Dans toute démocratie qui se respecte, la majorité prime tandis que la minorité cède. Elle n’a d’autres issues que de se plier. C’est la démocratie !

Au Brésil, l’ultra-conservateur Jair Bolsonaro, l’ancien capitaine de l’Armée, remporta haut la main  la victoire, et ce, à une large majorité de 55 % face au candidat socialiste de gauche. Une confortable position qui rend perplexe les observateurs  craignant des dérives de tout genre mais c’est le choix  des Brésiliens dans sa majorité et le reste se plie. La démocratie passe par là. Le Brésil, la première puissance de l’Amérique latine montre ainsi l’exemple d’un pays avancé. Une leçon de démocratie que nos apprentis sorciers de la politique doivent bien apprendre !

A Madagascar, en plein tournant décisif marquant le virage historique vers un avenir plus radieux, l’heure n’est plus aux velléités des dérives destructives. Le pays doit veiller à ne plus se livrer à tout mouvement contre-productif. Malheureusement, dans l’attente du verdict irrévocable de la HCC, certains esprits s’échauffent déjà. Ayant l’amer pressentiment des effets pervers de la direction du vent qui souffle, des têtes brulées abusent de la démocratie. En fait, la démocratie est une arme à double tranchant dont le mauvais usage pourrait provoquer un incident fâcheux. Un couteau tranchant entre les mains d’un maladroit ou d’un imprudent pourrait lui faire mal et lui coûter cher. De toute manière, il n’y a rien de quoi s’énerver, nous ne sommes pas au Congo (RDC) où tous les outils de communication (Internet, Facebook, etc.) sont coupés durant cette période de comptages des voix. La RFI voit son antenne suspendue. Chez nous, par contre, grâce aux efforts déployés par la CENI, tout  s’effectuait dans la transparente totale !

Ainsi, attention au dérapage ! Prenons garde constamment des dérives de la démocratie !

Ndrianaivo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff