Publié dans Economie

Appui aux agripreneurs - Les banques exigeantes sur la maturation des idées

Publié le mercredi, 28 août 2019

Les crédits ne sont pas donnés à tout le monde. Investir dans une nouvelle entreprise est un grand risque, plus particulièrement sur le plan financier. C’est pourquoi les banques et les différentes institutions financières sont très exigeantes dans l’élaboration de demandes de crédit des jeunes entrepreneurs. Effectivement, elles ne s’engageront pas dans une idée ou un projet comportant de trop grands risques d’échecs. « Actuellement, nous encourageons la création d’entreprises. Toutefois, ce n’est pas tout le monde qui arrive à bout de ses idées.

C’est pourquoi nos demandes de crédit s’accompagnent toujours d’une interview. Ainsi, nous pouvons avoir un aperçu de la personne et de ses capacités à concrétiser son idée d’entreprise. De ce fait, chaque entrepreneur doit donc avoir une idée claire de ce qu’il a envie de faire avant de déposer son dossier auprès de la banque. Du coup, ses chances seront multipliées », soutient Diana Manajean-Rajaonarivelo, directeur de crédit retail au sein de la BNI Madagascar.

Dans le cadre du Programme de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes dans l’agriculture et l’agro-alimentaire (PEJAA), les critères ne s’arrêtent pas à la maturation des idées. Plusieurs conditions sont en effet requises pour créer une entreprise. La BNI Madagascar, partenaire du programme, joue alors le rôle d’incubateur pour renforcer les compétences de ces entrepreneurs. « Ils doivent suivre une incubation de 10 à 11 mois. A noter que le fait de suivre cette incubation ne permet pas d’obtenir forcément le prêt. Tout dépendra de ses capacités d’adaptation au monde de la gestion d’entreprise », notifie la responsable. Les formations se focalisent alors sur le plan financier, le côté managérial, sans oublier l’aspect technique. Trois principaux points que chaque entrepreneur doit être en mesure de maîtriser.

Trois villes

Actuellement, le programme se fera donc sur trois villes. Les filières concernées seront réparties entre ces villes, à savoir Antsirabe pour le maïs et la filière lait, Toamasina pour les épices et les cultures maraichères, et enfin Vohipeno pour l’élevage à cycle court. « Pour cette année, 35 dossiers ont été sélectionnés sur les 100 déposés auprès de nos agences. Mais ce chiffre est variable. Nous avons délimité les secteurs mais au cours du temps, nous allons les développer tout comme les villes d’incubation », explique le directeur de crédit retail de la BNI Madagascar. Pour rappel, PEJAA est un programme lancé par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche en collaboration avec la BNI Madagascar pour permettre aux jeunes possédant la licence professionnelle de devenir agripreneurs.

Rova Randria

Fil infos

  • Détournement de deniers publics - L’ex-ministre Maharante de nouveau éclaboussé 
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Honoré Rakotomanana attaque Rivo Rakotovao
  • Kraomita malagasy - 505 milliards détournés par les anciens dirigeants
  • Stade de Mahamasina - Démolition des deux tribunes latérales hier
  • Culture à grande échelle dans le Bas-Mangoky - Ni vente ni location de terrains aux Arabes
  • Dirigeants de Communes - Le mari et l’épouse, élus maires !
  • Elections communales et municipales - 32 Communes à réorganiser
  • Medias - Le grand Franck Raharison n'est plus
  • Autosuffisance alimentaire - Objectif atteint plus tôt que prévu
  • Reboisement national - Le plus important à faire

Editorial

  • Volonté de clarté !
    Phénomène révélateur. Des lumières aux couleurs épatantes  inondaient le site résidentiel d’Etat d’Ambohitsorohitra et le quartier historique d’Antaninarenina durant les fêtes de Noël et de fin d’année. Des nuits dans la clarté totale. L’initiative éblouit. Un phénomène révélateur, pour la première fois de l’histoire de la République, les concitoyens pouvaient entrer librement visiter le Palais d’Etat. Tout comme si le portail s’ouvre au commun des mortels et ne veut plus rien cacher. Parents et enfants, toute la famille, s’y bousculèrent. Ambohitsorohitra fut littéralement  pris … d’assaut et Antaninarenina envahi. Phénomène inédit ! Tout le monde ne s’attendait guère à quoi le jeune et visionnaire Président voulait-il en venir ? Quel message aimerait-il envoyer de ces lumières éclatantes à son peuple ?  La réponse tombe du haut ! Le Président de la République choisit le moment où il recevait la grande famille des médias nationaux, toute tendance confondue et à la demande de l’Ordre, venue présenter…

A bout portant

AutoDiff