Publié dans Economie

Prêts et crédits - Les souscripteurs obligés de vendre leurs biens

Publié le vendredi, 21 juin 2019

Par méconnaissance ! Les souscripteurs aux prêts et aux crédits auprès des institutions financières que ce soient les banques ou les IMF (Institutions de microfinances) sont actuellement obligés de vendre leurs biens pour pouvoir rembourser leurs emprunts. Ils hypothèquent notamment leurs biens immobiliers comme une maison, un terrain mais aussi des rizières, pour garantir leurs emprunts en cas de non-remboursement. « Les chiffres ne sont pas clairement définis. En tout cas, chaque semaine, au minimum, nous devons mettre en vente une propriété aux enchères pour ensuite pouvoir rembourser des emprunts. Il faut noter que la principale cause est le manque d'informations en leur possession, outre la mauvaise gestion de l'argent ou l'usage de celui-ci pour d'autres raisons différentes de l'objet initial de l'emprunt. Certains ne connaissent pas vraiment les détails du contrat entre eux et les prêteurs d'argent.

Un manque d'informations générant ainsi une incompréhension de leur devoir envers ce contrat, ce qui finit par la mise en vente de leurs biens », explique Rija Razanadrakoto, président de la Chambre nationale des notaires de Madagascar, hier, lors de l'ouverture de l'atelier porté sur « l'efficacité de la procédure de saisie immobilière à la suite des actes d'hypothèques notariés », au DLC (Development learning center) à Anosy.  Pourtant, les emprunteurs peuvent et doivent faire appel à un notaire dans ce genre de contrat. « Effectivement, notre rôle reste encore méconnu du grand public alors qu'il est primordial, en amont, dans la préservation des intérêts de l'emprunteur et en aval, dans le remboursement de l'argent des institutions », remarque-t-il.

Faire connaître

Pour remédier à cela, la Chambre nationale des notaires de Madagascar avec l'appui du ministère de la Justice ont organisé un atelier d'informations et d'échanges réunissant les différentes parties prenantes telles que les institutions financières, les notaires, les huissiers mais aussi les magistrats et les membres de la société civile. « Le nombre de personnes utilisant les services de microfinances est en perpétuelle hausse. De ce fait, nous devons fournir un environnement juridique favorable pouvant freiner ce développement. Cet atelier vise alors à faire connaître l'importance de faire appel à un notaire mais aussi de voir si le statut de notariat à Madagascar se conforme à la réalité des choses. Il pourra ainsi aboutir sur la modification de quelques points de ce statut afin de veiller aux intérêts de chacun », précise Maharo Rakotoarison, directeur de l'administration des juridictions au sein du ministère de la Justice. Ainsi, avec les bonnes conditions, la rentabilité du secteur bancaire pourra contribuer au développement de l'économie du pays.

Rova Randria

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff