Publié dans Economie

Prêts et crédits - Les souscripteurs obligés de vendre leurs biens

Publié le vendredi, 21 juin 2019

Par méconnaissance ! Les souscripteurs aux prêts et aux crédits auprès des institutions financières que ce soient les banques ou les IMF (Institutions de microfinances) sont actuellement obligés de vendre leurs biens pour pouvoir rembourser leurs emprunts. Ils hypothèquent notamment leurs biens immobiliers comme une maison, un terrain mais aussi des rizières, pour garantir leurs emprunts en cas de non-remboursement. « Les chiffres ne sont pas clairement définis. En tout cas, chaque semaine, au minimum, nous devons mettre en vente une propriété aux enchères pour ensuite pouvoir rembourser des emprunts. Il faut noter que la principale cause est le manque d'informations en leur possession, outre la mauvaise gestion de l'argent ou l'usage de celui-ci pour d'autres raisons différentes de l'objet initial de l'emprunt. Certains ne connaissent pas vraiment les détails du contrat entre eux et les prêteurs d'argent.

Un manque d'informations générant ainsi une incompréhension de leur devoir envers ce contrat, ce qui finit par la mise en vente de leurs biens », explique Rija Razanadrakoto, président de la Chambre nationale des notaires de Madagascar, hier, lors de l'ouverture de l'atelier porté sur « l'efficacité de la procédure de saisie immobilière à la suite des actes d'hypothèques notariés », au DLC (Development learning center) à Anosy.  Pourtant, les emprunteurs peuvent et doivent faire appel à un notaire dans ce genre de contrat. « Effectivement, notre rôle reste encore méconnu du grand public alors qu'il est primordial, en amont, dans la préservation des intérêts de l'emprunteur et en aval, dans le remboursement de l'argent des institutions », remarque-t-il.

Faire connaître

Pour remédier à cela, la Chambre nationale des notaires de Madagascar avec l'appui du ministère de la Justice ont organisé un atelier d'informations et d'échanges réunissant les différentes parties prenantes telles que les institutions financières, les notaires, les huissiers mais aussi les magistrats et les membres de la société civile. « Le nombre de personnes utilisant les services de microfinances est en perpétuelle hausse. De ce fait, nous devons fournir un environnement juridique favorable pouvant freiner ce développement. Cet atelier vise alors à faire connaître l'importance de faire appel à un notaire mais aussi de voir si le statut de notariat à Madagascar se conforme à la réalité des choses. Il pourra ainsi aboutir sur la modification de quelques points de ce statut afin de veiller aux intérêts de chacun », précise Maharo Rakotoarison, directeur de l'administration des juridictions au sein du ministère de la Justice. Ainsi, avec les bonnes conditions, la rentabilité du secteur bancaire pourra contribuer au développement de l'économie du pays.

Rova Randria

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff