Publié dans Economie

Détournement de fonds publics - Les auteurs déjà identifiés

Publié le jeudi, 17 octobre 2019

Recettes non fiscales non versées, déficit de caisse. Ce sont les délits constatés par la Direction de la Brigade d'Investigation financière et de l'Eudit, rattachée à la Direction générale du Trésor au cours du contrôle des comptes de l’Etat. Et pourtant, ces infractions reviennent tous au détournement de fonds publics. Le ministère de l’Economie et des Finances a d’ailleurs publié, mercredi dernier, le résultat de l’assainissement du service public.

 

La Brigade d’investigation a constaté des cas de malversation financière à hauteur de 1.374 milliard d’ariary au total, au cours du troisième trimestre de cette année. Les responsables ont évalué un détournement de recettes non fiscales de 574 415 140 d’ariary et des cas d’irrégularité entraînant une perte financière de plus de 43 222 667 d’ariary dans tous les ministères. Cette fraude concerne surtout les recettes non fiscales, c'est-à-dire des revenus de l’Etat autres que les impôts et taxes comme les frais de traitement de dossier des passeports, des exportations de vanille et bien d’autres encore dont les soupçons planent sur les responsables au sein de chaque institution. Un autre cas de détournement de 800 millions d’ariary a aussi été constaté la semaine dernière dans la caisse du Trésor public dont l’auteur principal n’est autre qu’un fonctionnaire du service comptable. « Il est plus facile de détecter les auteurs étant donné que le déficit se trouvait dans les services de la caisse. Les brigadiers ont déjà identifié l’auteur principal mais ces derniers poursuivent encore l’enquête. A noter que l’affaire prend maintenant un tournant judiciaire. Concernant le détournement au sein des institutions, le ministère de l’Economie et des Finances a déjà centralisé une partie des opérations dans les ministères, au Trésor public, par mesure de sécurité et cela depuis un mois. Par exemple, les droits de passeports ne sont plus versés au ministère de l’Intérieur mais au Trésor public. En gros, toutes les mesures ont déjà été prises pour que les auteurs ne restent pas impunis, et pour que les deniers publics soient bien gérés afin de pouvoir financer les programmes d'investissement publics », rapporte Andriamializafy Landy, responsable en communication au sein du Trésor public.

Recueillis par Solange Heriniaina

Fil infos

  • Ny Rado Rafalimanana - Le MAE se réserve le droit de porter plainte
  • Pédophilie - Un ex-membre du staff des Barea emprisonné !
  • Libération du député « Leva » - Des magistrats de Toliara au cœur d’une enquête
  • Corruption - Hausse des doléances contre les hauts fonctionnaires
  • Ny Rado Rafalimanana à Ambatondrazaka - La dernière filouterie
  • Ny Rado Rafalimanana - Pris en flagrant délit d'usurpation de titre
  • Rovan'Antananarivo - Réhabilitation assurée d'ici le 26 juin !
  • Député Razafindrazalia - Remise en liberté provisoire mais...
  • Décentralisation - Nomination de deux nouveaux gouverneurs
  • Escroquerie, faux et usage de faux, usurpation de fonction - Fleury Rakotomalala condamné à 5 ans de prison ferme et plus de 1,2 milliard de DI

Editorial

  • A plein régime
    Désormais, la Haute Cour de Justice (HCJ) fonctionne à plein régime. En effet, après la prestation de serment des députés désignés, le mardi 21 janvier 2020, les onze membres de la HCJ sont au grand complet et pourront effectivement entamer leur mission. D'emblée, il s'agit là d'un coup de poker du régime IEM de Rajoelina Andry Nirina. Le pari annoncé de vouloir éradiquer jusqu'à la racine l'impunité entre dans sa phase décisive.  

A bout portant

AutoDiff