Publié dans Politique

Industrie automobile - La marque « Gasycar » fait son entrée !

Publié le mercredi, 24 juin 2020

Un défi de plus pour ce 60ème anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar. C’est ainsi que l’on peut qualifier le lancement de la nouvelle marque « Gasycar », hier à Ivato. Cette nouveauté à la consonance bien malagasy est le fruit d’une collaboration avec des géants de l’industrie automobile en Allemagne et en Chine. Dans un premier temps, la marque produira des véhicules (à deux et quatre roues) dont l’assemblage se fera entièrement sur le territoire national. Par la suite, la coopération s’étendra vers la commercialisation, puis la mise en place d’usines de fabrication prévue dans les trois prochaines années. Durant la même cérémonie, les premiers prototypes issus de cette nouvelle marque ont été présentés et remis officiellement aux agents de la Police nationale en tant que véhicules de service.

 

« Nous nous dirigeons vers l’industrialisation de notre pays », a déclaré fièrement le Président, Andry Rajoelina lors de la cérémonie officielle. Le numéro un de l’Exécutif précise que l’entreprise sera gérée par des malagasy étant donné que l’Etat y est actionnaire majoritaire. D’après toujours ses explications, des ingénieurs et designers nationaux sont prêts à revenir au pays pour apporter leur contribution à ce grand projet.

Fierté nationale et création d’emplois

Outre l’élan de fierté nationale qu’une telle marque pourra susciter, une telle innovation sera également une opportunité pour la création d’emplois au profit de nombreux jeunes techniciens malagasy. Depuis la présentation de son programme « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » jusqu’à son élection à la Présidence, Andry Rajoelina n’a cessé d’encourager la promotion du « Vita malagasy ». D’ailleurs, il a souligné que tous les besoins de la population devraient être produits dans le pays. Malgré la crise sanitaire, le Chef de l’Etat poursuit doucement la concrétisation de ses 13 « Velirano » auprès du peuple malagasy. Pour la prochaine étape, le Président évoque, d’ores et déjà, un autre projet lié à l’autosuffisance alimentaire de Madagascar qui fait partie de ses engagements majeurs pendant la campagne électorale.

Il ne manque pas de rappeler l’inauguration imminente de l’usine de production de médicaments « Pharmalagasy ». Sur cette lancée, le Chef de l’Etat révèle également la mise en place d’une cimenterie d’ici la fin de l’année afin de réviser à la baisse le cours de ce produit indispensable dans la construction. Notons au passage que l’homme fort du pays avait déjà annoncé un budget de 1 milliard de dollars dédié au « plan Marshall » en vue de la construction de grandes infrastructures dans le pays comme les établissements scolaires, les hôpitaux « manara – penitra », etc.

La Rédaction

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff