Publié dans Economie

Carburant - Perturbation et non pénurie

Publié le lundi, 21 octobre 2019

Tous les carburants au niveau des stations-services de la Capitale peuvent être vidés en une journée. Toutefois, en une journée, les opérateurs ne peuvent pas renflouer toutes les citernes qui approvisionnent ces stations-services. « C’est pour cette raison que les consommateurs ont eu l’impression de faire face à une pénurie de carburants le week-end dernier. De plus, aucun approvisionnement ne se fait le dimanche », a expliqué Mondher Bouhouche, directeur général de Vivo Energy, hier dans l’après-midi durant une conférence de presse du Groupement des pétroliers de Madagascar (GPM) qui s’est tenue à Ivandry. « Ainsi, il n’est pas du tout question de pénurie », rassure le groupement.

Plus de sept millions de litres de gasoil et un million de litres d’essence sont encore disponibles à ce jour. Ces stocks suffiront d’ici l’arrivée du prochain bateau, prévue pour vendredi prochain. « Il faut quand même préciser que le vrai problème était lié aux rumeurs lancées sur les réseaux sociaux. Ces rumeurs ont créé un effet « psychose-rupture ». De ce fait, les consommateurs se sont tout de suite rués dans les stations-services pour faire le plein ou pour stocker les produits dans des bidons. La quantité vendue a alors triplé. Ainsi, un stock devant suffire pour une journée a été dilapidé en seulement deux heures », a souligné Benjamin Memmi, directeur général de Jovena durant son intervention. Les rumeurs sur les réseaux sociaux ont ainsi engendré une surconsommation inutile, mais aussi une pertubation au niveau de l’approvisionnement et de la distribution. Cependant, les compagnies pétrolières ont affirmé qu’ « aucune rationalisation du produit ne sera effectué. Tous les clients pourront donc acheter à leur guise. Mais nous ne renflouerons pas non plus nos livraisons. Nous nous limiterons à ce qui a été prévu pour éviter notamment le stockage inutile ou la surconsommation des produits », rajoute le DG de la Jovena.

« En tout cas, il est vrai que notre approvisionnement mensuel a connu un retard de dix jours, et ce, pour des raisons indépendantes de notre volonté. Les tensions internationales actuelles sur le marché ont également des répercussions sur nos activités. Mais l’arrivée des carburants a déjà été confirmée », a rassuré Alain Théodore Soumondronga, secrétaire général du GPM, rejoignant les explications fournies par l’Office malgache des hydrocarbures, avant-hier.  D’après le Groupement des pétroliers de Madagascar, c’est « peut-être » ce retard qui a cultivé ce sentiment de crainte de rupture, déstabilisant tous les usagers. Toutefois, l’approvisionnement devrait revenir à la normale à partir d’aujourd’hui.

Rova Randria

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff