Publié dans Politique

Prochaine législature - Des leçons à retenir !

Publié le mardi, 05 février 2019

Le mandat de la première législature de la Quatrième République est arrivé à échéance hier à minuit. Les prochaines élections législatives pour élire les prochains députés auront lieu le 27 mai 2019 selon le décret de convocation pris par le Gouvernement en fin de semaine dernière. Pour pallier le vide constitutionnel qu'implique la fin de mandat de l'Assemblée nationale, le Parlement a adopté hier de manière définitive le projet de loi mandatant le pouvoir de déléguer au Président de la République.

L'heure est ainsi au bilan pour l'Assemblée nationale. Un bilan qui n'est pas du tout fameux. Les députés de la défunte Assemblée nationale se sont plus fait remarquer de manière négative que positive. Ceux-ci ont majoritairement failli dans leurs attributions de participer au travail législatif c'est-à-dire au processus d'élaboration de la loi et  à participer au contrôle du Gouvernement. Les députés de la dernière législature ont offert un spectacle lamentable. Chaque session parlementaire ou presque a apporté son lot de scandales. Cela a commencé dès le début de la législature, avec la déchéance du bureau permanent présidé par Christine Razanamahasoa.

S'ensuivirent les péripéties autour de la nomination des Premiers ministres, autour de l'article 54. Pour quelques intérêts sans doute individuels, certains députés  se sont ensuite adonnés à cœur joie à des retournements de veste. Rappelons à ce titre la formation des Mapar 2 et 3 des Maharante Jean de Dieu, Jean Nicolas Randrianasolo et consorts qui avaient troqué la cravate orange de leur formation d'origine pour arborer celle de couleur bleue du parti présidentiel. Citons également les députés qui se disaient indépendants.

Faut-il pourtant rappeler que les dispositions de l'article 72 de la Constitution sont claires en ce sens : « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s'est fait élire. En cas d'infraction à l'alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour constitutionnelle. » Des dispositions effacées par Ambohidahy qui estimait que « le député qui exerce son mandat suivant sa conscience et dans le respect des règles d'éthique (…) ne peut être lié par aucun ordre émanant de ses électeurs ou du parti dont il procède (…) il a entière liberté d'opinion, de parole et même de vote (…) ». Des dispositions que la HCC a tout simplement effacées.

En outre, il convient de rappeler également que, le mandat de la dernière Assemblée nationale a été miné par la corruption.  Les votes en faveur des lois et contre les motions de censure ont été pour la plupart du temps des votes motivés par la recherche des intérêts purement égoïstes de ces députés cupides et non orientés vers la satisfaction des intérêts collectifs de la société. Les caprices des députés ont fait la honte du pays. A plusieurs reprises, les députés ont  réclamé des 4x4, des tablettes tactiles pour effectuer un travail qu'ils ne font même pas correctement. Les épisodes du Paon d'Or l'an dernier pour l'adoption des lois électorales restent encore vivaces dans les esprits.

Des lois sont élaborées, votées et adoptées à la va-vite, sans véritable débat, et ces lois peuvent être au mépris des intérêts collectifs. Pour une question aussi importante que l'adoption d'une loi de finances, à de nombreuses reprises, les députés n'ont même pas pris la peine de venir à l'Assemblée pour s'acquitter de la tâche que la population leur a confiée et pour laquelle ils sont grassement payés par le contribuable… Cette législature a également eu son lot de scandales avec cette élue de Tsimbazaza qui avait accusé les journalistes de puer des aisselles et qui a par la suite fait parler d'elle à cause de photos d'elle dénudée diffusées sur les réseaux sociaux, pour ne citer qu'un exemple.

La plupart des députés de l'ancienne Assemblée nationale vont se représenter pour un nouveau mandat le 27 mai prochain. Reste à savoir s' ils seront réélus ou pas.

La Rédaction

Fil infos

  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison
  • Fête du trône du Maroc - Les félicitations du Président malagasy au roi Mohammed VI
  • Crise sanitaire - Des aides sociales pour 200 000 foyers nécessiteux de Tanà
  • Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

La Une

Editorial

  • Exit, le drapeau blanc !
    Le pays est en guerre ! En plein cinquième mois de bataille, à la dixième quinzaine de confinement, on entre dans une phase de guerre d’usure. Les prévisions de l’OMS ne rassurent guère. La pandémie risquerait de perdurer ! Mais, pas question de jeter l’éponge ! Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, en sa qualité de chef de guerre, a été clair et net au Palais des Sports à Mahamasina, lors de l’inauguration du nouveau Centre de traitement de la Covid (CTC), quand il a déclaré que « Nous ne hisserons jamais le drapeau blanc ». Il est vrai que le pays fait face à un ennemi invisible et redoutable mais il écarte l’option ou l’hypothèse de courber l’échine ! Et partout dans ses déplacements, Rajoelina ne manque pas d’encourager les « soldats ». Le personnel soignant, la population des Régions contaminées et les responsables étatiques à tous les niveaux…

A bout portant

AutoDiff