Publié dans Editorial

Des actes de bravoure mais …

Publié le dimanche, 12 juillet 2020

Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

De même, la guerre contre la pandémie de Covid-19 voit la participation active des bérets rouges sur terrain, au front. A Toamasina, selon des observateurs, l'Armée y était efficacement pour la baisse significative des chiffres de la pandémie. De même à Tanà, la présence dissuasive des soldats de l'Armée en déployant l'artillerie lourde contribue réellement au respect des consignes. Cette fois-ci, c'est le Bataillon multi-missions (BMM) qui entre en jeu. Des actes de bravoure mais l'Armée doit  veiller constamment à ce que les soldats déployés sur place ne commettent certains abus sur la population comme ce fut le cas dans certains endroits.

La Gendarmerie nationale, chargée essentiellement à assurer la sécurité intérieure du pays, fait le maximum. La traque des dahalo et consorts partout où ils sévissent, en zones rurales ou en villes, est la principale mission des éléments des bérets noirs. La tâche s'avère difficile mais ils ne reculent jamais. Le ratissage des zones rouges infestées de ces « hors-la-loi » complique la tâche. Les résultats probants viennent s'ajouter au fil du jour au palmarès des éléments du Général Ravalomanana Richard. Mais le démantèlement des réseaux mafieux des criminels dangereux, auteurs des rapts défrayant les chroniques, constitue aussi l'une des priorités des bérets noirs. Tout récemment, ils viennent de mettre hors d'état de nuire la bande à Ramandiamanana Norbert alias Lama.A cela s'ajoutent les efforts d'assainissement de la « maison ». La lutte sans merci contre la corruption n'est pas un vain mot. Des actes de bravoure notables mais l'ex-Catalane d'Andrefan'Ambohijanahary a intérêt à se mettre aux aguets, à tout moment, de telle sorte que les bérets noirs ne retombent pas dans les pièges du mal.

La Police nationale (PN), l'entité chargée de veiller à la sécurité publique, n'est pas en reste. Des réseaux de gangs qui sévissent dans les centres urbains ont été démantelés sans pitié.Il faut noter la volonté irrévocable des hauts responsables de la PN à traquer sans pitié les brebis galeuses. Le placement sous mandat de dépôt de ce jeune commissaire, en poste dans le Nord, impliqué dans une affaire de corruption, illustre en grandeur nature de la traduction en actes des efforts du ministre et son équipe à assainir son département.

Somme toute, les trois entités confondues de la FDS manifestent ouvertement leur volonté de changement à… 180°, ces derniers temps. Elles ont fait preuve de courage, d'abnégation, bref, d'actes de bravoure et contribuent énormément dans la lutte contre le Covid-19. Cependant, on doit constamment éviter de pécher aux excès de zèle risquantd'aboutir aux abus divers et nuisant aux effets positifs du changement.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes

La Une

Editorial

  • Vision accessible !
    Il est permis d’espérer ou, pourquoi pas, de rêver. Le Président Rajoelina partagea sa vision de la gestion de la pandémie de Covid-19. Il annonça publiquement, avec enthousiasme et surtout avec une forte dose de confiance à Toliary que le pays atteindra, d’ici quelques semaines, le cap du « zéro décès ». Pour certains, il s’agit d’un espoir qui fait vivre les imbéciles. Pour d’autres, un rêve sensé, réalisable.Le 28 août 1963, le jeune pasteur baptiste Martin Luther King, militant anti-ségrégationniste, fit savoir devant une foule de 250 000 âmes à Washington - sous l’ombre d’Abraham Lincoln, 16ème Président des Etats-Unis, père de l’abolition de l’esclavage - d’une vision de rêve qu’il a pour une Amérique de demain « I have the dream ! » En effet, Martin Luther King rêve d’une « Amérique fraternelle où Blancs et Noirs se retrouveraient unis et libres ». Des Blancs, férus de la…

A bout portant

AutoDiff