Publié dans Editorial

La conspiration en marche

Publié le dimanche, 10 mai 2020

Le « Covid-Organics » gêne. L’étau se resserre autour de Madagasikara et la théorie du complot se précise. La découverte par les chercheurs malagasy du remède à base de plantes médicinales propres au pays indispose les « grands » de ce monde. Il n’est pas question pour ces voraces prédateurs qu’un petit pays comme le nôtre puisse s’infiltrer à l’intérieur de la « cour sacrée », compte tenu de la loi ignoble « les minus dehors ! ». Une loi de la jungle selon laquelle « la raison du plus fort est toujours la meilleure ». Ils se croient tout permis jusqu’à s’en prendre à la vie d’éventuels concurrents en puissance. Ils ne se gênent pas à utiliser ou à recourir aux gros moyens.
L’industrie pharmaceutique à l’échelle du monde est l’apanage des grands pays riches occidentaux et asiatiques. De toute manière, ils sont les seuls à pouvoir disposer les gros moyens financiers nécessaires à soutenir les travaux de recherche. Des multinationales qui monopolisent les activités industrielles de production des médicaments dits conventionnels. Evidemment, il va sans dire qu’il s’agit là d’affaires de gros sous auxquelles les pays pauvres ne pourront pas se permettre d’accéder.
Le monde, dans sa globalité, fait face âprement à cet ennemi invisible et inconnu, le SRAS-Cov-2 universellement appelé Covid-19. Une pandémie qui, partie de la Chine, fait des ravages importants. Un combat mortel où petits et grands pataugent dans une marre boueuse. Fait inhabituel, ce sont les grands pays tels les Etats-Unis, l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Espagne et la France, etc., qui paient le plus lourd tribut en termes de perte en vies humaines. Apparemment, leurs puissances conventionnelles (richesses et armes sophistiquées) ne suffisent pas à les protéger sinon à leur permettre de se mettre à l’abri des forces de frappe du Covid-19. Surprenant, les pays pauvres tels ceux du Continent noir semblent se débrouiller tant bien que mal. Par rapport à l’hécatombe qui sévit au quotidien à l’occident, les Africains donnent l’impression de résister. Les bilans mitigés dans la plupart des cas témoignent de l’insoumission insolente de l’Afrique face à la pandémie.
Malgré la récente évolution vers le haut du bilan des contaminations, Madagasikara arrive à tenir tête devant l’attaque du nouveau coronavirus. Et cela, grâce à un remède efficace, le « Covid-Organics »,  que les chercheurs malagasy de l’IMRA ont mis au point. Une fierté que les Malagasy entendent faire valoir hors des frontières. En dépit des réserves et indifférences des pays occidentaux, certains amis n’hésitent point à franchir le Rubicon et passent des « commandes » auprès de la Grande île.
Du coup, Rajoelina Andry se trouve dans le collimateur des grands laboratoires. En quelque sorte, étant l’ennemi numéro un des holdings des industries pharmaceutiques, il est l’homme à abattre. Rappelons que l’Afrique constitue l’un des marchés potentiels en médicaments conventionnels ou en vaccin.  La logique du diable veut ainsi que la conspiration s’organise.
En collusion avec certains acteurs politiques locaux de l’opposition, par pure coïncidence ou acte concerté, le complot d’origine externe plane. Le cas de ce jeune éminent chercheur américain de l’université de Pittsburg, Bing Liu nous fait réfléchir. Il a été assassiné, le 2 mai dernier, avant qu’il puisse faire part de sa recherche sur le Covid-19 devant aboutir à un remède ou médicament efficace.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes

La Une

Editorial

  • Vision accessible !
    Il est permis d’espérer ou, pourquoi pas, de rêver. Le Président Rajoelina partagea sa vision de la gestion de la pandémie de Covid-19. Il annonça publiquement, avec enthousiasme et surtout avec une forte dose de confiance à Toliary que le pays atteindra, d’ici quelques semaines, le cap du « zéro décès ». Pour certains, il s’agit d’un espoir qui fait vivre les imbéciles. Pour d’autres, un rêve sensé, réalisable.Le 28 août 1963, le jeune pasteur baptiste Martin Luther King, militant anti-ségrégationniste, fit savoir devant une foule de 250 000 âmes à Washington - sous l’ombre d’Abraham Lincoln, 16ème Président des Etats-Unis, père de l’abolition de l’esclavage - d’une vision de rêve qu’il a pour une Amérique de demain « I have the dream ! » En effet, Martin Luther King rêve d’une « Amérique fraternelle où Blancs et Noirs se retrouveraient unis et libres ». Des Blancs, férus de la…

A bout portant

AutoDiff