Publié dans Economie

Prêts et crédits - Les souscripteurs obligés de vendre leurs biens

Publié le vendredi, 21 juin 2019

Par méconnaissance ! Les souscripteurs aux prêts et aux crédits auprès des institutions financières que ce soient les banques ou les IMF (Institutions de microfinances) sont actuellement obligés de vendre leurs biens pour pouvoir rembourser leurs emprunts. Ils hypothèquent notamment leurs biens immobiliers comme une maison, un terrain mais aussi des rizières, pour garantir leurs emprunts en cas de non-remboursement. « Les chiffres ne sont pas clairement définis. En tout cas, chaque semaine, au minimum, nous devons mettre en vente une propriété aux enchères pour ensuite pouvoir rembourser des emprunts. Il faut noter que la principale cause est le manque d'informations en leur possession, outre la mauvaise gestion de l'argent ou l'usage de celui-ci pour d'autres raisons différentes de l'objet initial de l'emprunt. Certains ne connaissent pas vraiment les détails du contrat entre eux et les prêteurs d'argent.

Un manque d'informations générant ainsi une incompréhension de leur devoir envers ce contrat, ce qui finit par la mise en vente de leurs biens », explique Rija Razanadrakoto, président de la Chambre nationale des notaires de Madagascar, hier, lors de l'ouverture de l'atelier porté sur « l'efficacité de la procédure de saisie immobilière à la suite des actes d'hypothèques notariés », au DLC (Development learning center) à Anosy.  Pourtant, les emprunteurs peuvent et doivent faire appel à un notaire dans ce genre de contrat. « Effectivement, notre rôle reste encore méconnu du grand public alors qu'il est primordial, en amont, dans la préservation des intérêts de l'emprunteur et en aval, dans le remboursement de l'argent des institutions », remarque-t-il.

Faire connaître

Pour remédier à cela, la Chambre nationale des notaires de Madagascar avec l'appui du ministère de la Justice ont organisé un atelier d'informations et d'échanges réunissant les différentes parties prenantes telles que les institutions financières, les notaires, les huissiers mais aussi les magistrats et les membres de la société civile. « Le nombre de personnes utilisant les services de microfinances est en perpétuelle hausse. De ce fait, nous devons fournir un environnement juridique favorable pouvant freiner ce développement. Cet atelier vise alors à faire connaître l'importance de faire appel à un notaire mais aussi de voir si le statut de notariat à Madagascar se conforme à la réalité des choses. Il pourra ainsi aboutir sur la modification de quelques points de ce statut afin de veiller aux intérêts de chacun », précise Maharo Rakotoarison, directeur de l'administration des juridictions au sein du ministère de la Justice. Ainsi, avec les bonnes conditions, la rentabilité du secteur bancaire pourra contribuer au développement de l'économie du pays.

Rova Randria

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff