Publié dans Sport

Natation - CANA zone IV - Ces athlètes oubliés par le ministère

Publié le lundi, 24 février 2020

La délégation malagasy de Natation est bien arrivée au pays, hier après-midi, après avoir participé aux championnats d’Afrique de Natation (CANA) zone IV, qui se sont déroulés à Gaborone, Botswana du 20 au 23 février derniers. Madagascar a timidement aligné quatre athlètes, dont deux filles et quatre garçons, faute de moyens. C’est la délégation la plus réduite jamais enregistrée. Tout a été entièrement pris en charge par la Fédération malagasy de Natation dirigée par son président, le Général Gabriel Ramanantsoa. Un peu délaissée par le ministère au départ comme à l’arrivée. En effet, aucun membre du ministère de la Jeunesse et des Sports n’était visible à l’aéroport à l’arrivée de la délégation.
 

La sélection malagasy a prouvé qu’avec un peu de volonté, ils ont du potentiel. Les quatre athlètes ont ramené dix médailles dans le pays. Aucun d’entre eux n’est rentré bredouille. la sélection de la Grande île a pu tout de même récolté 10 médailles, dont un en or, cinq argent et quatre de bronze et deux records nationaux renouvelés.  Tendrinavalona s’est adjugé une médaille d’or en 100m Dos avec un chrono de 1m08s02 et deux médailles d’argent. « C’est un très bon résultat car notre temps de préparation est très limité vis-à-vis des autres nageurs qui nagent 365 jours sur 365 jours. Nous sollicitons l’Etat à mettre à notre disposition une infrastructure chauffée qui nous permettra d’avoir de très bon résultats », recommande Tendrinavalona, a son arrivée à Ivato. John Rakotomavo a réalisé deux records nationaux en 800m nage libre et sur 100m papillon.

« Nous avons fait une bonne récolte. Avec les moyens du bord, ils ont pu faire quelque chose de prometteuse. Nous n’avons pas pu faire mieux qu’envoyer quatre athlètes faute de moyens dont j’espère qu’après ces résultats nous serions remboursés par le ministère. Car nous le savions que l’Etat n’aide que les Fédérations qui ont des résultats. Deux des quatre athlètes représenteront le pays aux Jeux Olympiques », annonce le président de la Fédération, le Général Gabriel Ramanantsoa. Le classement définitif sera dévoilé au mois d’avril durant le championnat national sur bassin de 50m. Après cette joute africaine, la Fédération se focalise déjà sur le championnat de Madagascar sur bassin de 25m qui se déroulera à Mahajanga de vendredi 29 février au dimanche 1er mars. Ce sommet national sera suivi d’une formation d’entraîneurs dirigée par le Comité Olympique malagasy au début de mois de mars.
Elias Fanomezantsoa



Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff