Publié dans Société

Violence sexuelle - Une femme sur 8 en est victime

Publié le mardi, 13 août 2019

D’après une étude sur la violence sexuelle effectuée par l’association ECPAT France dans les villes d’Antananarivo, Mahajanga, Toliara, Fianarantsoa, Antsiranana et Nosy Be, une femme sur trois, âgée entre 15 et 49 ans est victime de violence. Pire encore, 12,6 % de la gent féminine -  soit une femme sur huit - supportent la violence sexuelle au quotidien dont 8,6 % l’ont subie depuis l’âge de 15 ans. Et cette violence sexuelle se présente sous différentes formes. Durant la  restitution des résultats de cette étude, il a été mentionné que les rapports sexuels forcés et non désirés en font partie. Les victimes cèdent à des supplications, un chantage, des menaces ou une ruse.

L’exploitation sexuelle résultant d’une vulnérabilité économique, à savoir la pauvreté en est l’une des illustrations. « A Antsiranana, quand une fille sort avec un "Vazaha", toute la communauté est fière d’elle, et encore plus ses parents. Cela veut dire qu’elle et sa famille ont eu la chance de sortir de la pauvreté », affirme un  groupe de femmes.

Des réalités préoccupantes

Au niveau des zones d’intervention de l’ECPAT, le viol conjugal et l’exploitation sexuelle des enfants sont monnaie courante. Les violences sexuelles perpétrées sur les mineures de moins de 14 ans ne sont pas considérées comme une situation alarmante. Dans la ville de Nosy Be entre autres, la prostitution n’est pas une forme de violence sexuelle. Les femmes concernées le font de leur propre gré, contrairement au viol où elles ne font que subir leur malheur.

Un focus group effectué à Antananarivo a permis de déterminer qu’à cause de la pauvreté, certaines familles décident toujours d’aller vendre voire sacrifier leurs filles, mais jamais les garçons. « J’ai eu mon premier rapport sexuel au cours d’une fête organisée dans mon village. Un de mes prétendants, un adulte, y était présent. Mon père m’a offerte à cet homme, la nuit tombée. J’ai d’abord refusé que ce dernier me touche. Mais comme il faisait tard et que c’était l’ordre et la volonté de mon père, je me suis laissé faire », déclare une victime à Tuléar. De plus, il existe des formes de traite des filles renforcées par certaines pratiques traditionnelles comme les « tsenan’ampela » à Fianarantsoa, le « Moletry » chez les Tsimihety, ou encore le « Valifofo » chez les Bara.

K.R.

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff