Publié dans Société

Cinquième édition du « Tagnamaro » - La mobilisation citoyenne s'enchaîne

Publié le dimanche, 21 juillet 2019

Une initiative du ministère de la Communication et de la Culture (MCC) à partir du modèle rwandais. Le « Tagnamaro, andron'ny olom-pirenena » arrive actuellement en sa cinquième édition. Depuis le mois de mars dernier, la mise en œuvre de cette journée de mobilisation citoyenne s'enchaîne auprès des ministères, collectivités territoriales décentralisées et autres institutions administratives. Aussi, les associations, ONG et autres services ainsi que les habitants participent activement aux activités entreprises. En 5 mois de réalisation, l'on a constaté divers changements notamment au niveau des lieux qui accueillent les mobilisations, entre autres les écoles, marchés, gares routières, etc.

 

Samedi dernier, la délégation du MCC dirigée par le ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, en collaboration avec l'université d'Antananarivo et diverses associations, se dont donnés la main pour effectuer des travaux d'assainissement, de débroussaillage, de peinture et de réhabilitation dans l'enceinte du campus d'Ambohitsaina. A la fois un bien public et un patrimoine, ce dernier sis à Ankatso a nécessité de telles activités, d'autant plus que la plupart des infrastructures y sont vétustes. Outre les responsables ainsi que les personnels administratifs et techniques, les étudiants ont fortement contribué aux travaux afin de redorer l'image de leurs lieux d'études.

D'autres ministères n'ont pas failli à leur devoir du 3è samedi du mois. C'est le cas du ministère de la Santé publique et de ses Directions régionales, qui ont mobilisé leurs personnels et agents de santé pour une journée don de sang dans le cadre du « Tagnamaro ». En dehors de la banque de sang de l'HJRA, d'autres services des hôpitaux répartis dans les 4 coins de l'île ont accueilli les donneurs de sang bénévoles. Pour sa part, la grande famille du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Habitat et des Travaux publics dirigée par le ministre Hajo Andrianainarivelo s'est donné rendez-vous au Lycée technique et professionnel (LTP) d'Alarobia pour les travaux de réhabilitation de cet établissement. Quant au ministère de la Sécurité publique, les agents de Police se sont mobilisés à l'assainissement des bureaux et services administratifs. Il en est de même au sein du commandement de la Gendarmerie au camp Ratsimandrava, où officiers, sous- officiers et gendarmes ont participé aux travaux. Les institutions, administrations et habitants dans les régions ne sont pas en reste, comme chaque mois. Prochain rendez-vous le 17 août !

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff