Société

Covid-19 - Les patients guéris se multiplient

Publié le lundi, 03 août 2020
Depuis la semaine dernière, le nombre des cas de guérison dépasse quotidiennement les 300 patients rétablis. En 7 jours, 2 563 patients équivalents au nombre des cas actifs hier ont été déclarés hors du danger. Actuellement, ils sont 8 825 personnes testées positives au coronavirus à avoir rempli les critères de rémission, selon le Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19, sis à Ivato. Rien qu’hier, 381 patients ont recouvré la santé dont 333 vivent dans la Région d’Analamanga. Selon le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle, porte-parole dudit centre, nombreux sont les patients guéris même en ayant suivi le traitement…
Après six mois de la déclaration d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) du coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) continue d’estimer que le risque posé reste très élevé.
Entre les 30 et 31 juillet derniers, une meute de personnes rendues furieuses, a pris d’assaut le Commissariat de police à Ikongo. Les manifestants ont cherché à mettre à sac, puis mis sens dessus dessous le bureau de la Police en question. Motif : un bandit incriminé pour une affaire d’attaque armée meurtrière, et survenue le 7 juillet dernier à Sahalona, et qui était placé en garde à vue à l’endroit après son arrestation, aurait réussi à s’échapper.
Six femmes ministres contre 17 hommes. 24 femmes députées sur 151 parlementaires à l’Assemblée nationale. Aucune femme gouverneur. Madagascar est en régression en matière de représentation des femmes aux postes de décision. Le Conseil national des femmes de Madagascar (CNFM) confirme ce fait, en avançant une tendance à écarter les femmes des postes de responsabilité.
Pratiquée depuis des siècles. Bon nombre de femmes, hommes et enfants ont jusqu’à maintenant l’habitude de couper leurs cheveux, le 1er août. Cette tradition se pérennise si l’on tient compte du nombre de clients dans les salons de coiffure, samedi dernier.
1 000 camions circulent quotidiennement dans la Région Analamanga. Et au moins 3 000 personnes entrent et sortent chaque jour de cette Région. Cependant, le transport en commun est un moyen de transmission rapide du coronavirus. En effet, si le transport de marchandises a été libéré afin d’assurer le besoin de la population en cette période de crise, une faille dans le contrôle de la santé de ces transporteurs peut être fatale pour la Nation.
Comme nous l’avons annoncé dans l’une de nos précédentes publications, le gendarme stagiaire de la Force d’intervention (FIGN), pointé du doigt d’être à l’origine de graves blessures par tirs d’arme à feu à la fois sur son homologue, son supérieur hiérarchique, et un passant, risque vraiment gros. Les faits sont survenus au cours de la semaine passée à un check point de Gendarmerie à Ambohimangakely. Presque une semaine après, au jour le jour, le concerné était déféré au Parquet à la suite de quoi cette instance judiciaire l’avait ensuite placé sous mandat de dépôt à la maison de force à…

Fil infos

  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires

La Une

Editorial

  • FDS sur la pente raide !
    Dérapages. Débordements. Dérives. Bavures. Et puis quoi encore ! Les mots manquent pour décrire les mésaventures et souvent meurtrières des éléments de la Force de défense et de la sécurité (FDS) du pays. Des actes totalement indignes des valeurs morales et diamétralement opposés à l'éthique que l'Armée et la Police nationale entendent véhiculer.

A bout portant

AutoDiff