Publié dans Politique

Journée des officiers 2020 - Pour la cohésion et la fraternité au sein de l’Armée

Publié le dimanche, 12 janvier 2020

La solidarité et la fraternité au sein de l’Armée. C’est le résumé du message lancé par le Président de la République Andry Rajoelina  à l’endroit des  officiers. C’était hier lors de la célébration du 12 janvier, journée des officiers, durant laquelle le chef suprême des armées a émis ses recommandations. Présidant la cérémonie qui s’est déroulée à Iavoloha, Andry Rajoelina a insisté, en outre la cohésion et la fraternité au sein de l’Armée,  sur l’exemplarité des officiers vis-à-vis du peuple et leurs rôles envers la patrie. Dans son discours, le Président de la République n’a pas omis de rappeler aux officiers qui lors de cette journée ont été, comme il est de tradition, sous le commandement de leur benjamin, les efforts fournis par le régime actuel à redorer le blason de l’Armée malagasy. « Offrir des matériels à l’Armée était le dernier soucis des dirigeants. Si je ne vais citer le cas de l’Armée de l’air dépourvue d’aéronefs et ne pouvait même plus faire de l’exercice de parachutage sans l’aide des pays étrangers. Ce n’est plus le cas maintenant avec l’acquisition de la CASA qui désormais portera la couleur nationale. Vous n’êtes pas sans savoir qu’avec l’obtention des hélicoptères, l’Armée malagasy qui va célébrer ses 60 ans retrouve petit à petit son lustre d’antan », tient à rappeler le Président de la République. Celui-ci  a ensuite participé au traditionnel cross de cohésion avec les officiers à travers la forêt de sapin du Palais d’Iavoloha en compagnie du ministre de la Défense, le Général de corps d’armée Rakotonirina Léon. La célébration de la journée des officiers a débuté par  la levée du drapeau suivie de l’hymne national et celui de l’académie militaire.

La journée des officiers  malagasy a été célébrée dans tous les camps militaires de Madagascar. Selon l’histoire, le choix du 12 janvier pour célébrer cette journée, c’est qu’elle marque la signature du contrat décennal de la toute première promotion de l’académie  militaire en 1966.
La rédaction



Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff