Publié dans Politique

Magistrats dénonciateurs - De la pire espèce que ceux qu’ils taxent de corrompus

Publié le dimanche, 12 janvier 2020

A la manière des facebookers qui se servent de « comptes fake » pour se livrer à des règlements de compte, un nébuleux « groupe de magistrats », se déclarant  être parmi ceux qui viennent de traiter les contentieux liés aux dernières élections communales  et municipales, a émis de graves dénonciations à l’encontre, non seulement de certains de leurs pairs, mais aussi du Cabinet du ministère de la Justice et celui de la Présidence de la République, accusant en des termes à peine voilés les premiers d’avoir été être corrompus, et les seconds d’être les corrupteurs.

Transparency International-Initiative Madagascar (TI-IM), comme facebook pour les utilisateurs de « comptes fake », aurait été choisi par le mystérieux collectif d’hommes et femmes en toge comme plateforme de diffusion des accusations en question. Bien entendu TI-IM  ne s’est pas fait prier pour jouer la caisse de résonnance à ces dénonciations qui, balancées à un moment précis du contexte politique (le jour même de la proclamation des résultats de l’élection pour la Capitale), sont destinées à apporter de l’eau au moulin des adversaires du pouvoir en place d’une part, et en rajouter dans le vin des nouveaux élus pro-régime d’autre part.

Et l’on ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire lorsque, en guise d’introduction de la déclaration qu’on lui aurait chargé de relayer, TI-IM se met à saluer « le courage et l’intégrité de ces magistrats (les auteurs de la déclaration, ndlr)». Car la vraie preuve de courage et d’intégrité n’aurait-elle pas été de dénoncer immédiatement les faits allégués pour qu’ils cessent, au lieu de continuer à se prêter à ce qui ne serait donc, si l’on s’en tient  aux accusations proférées, qu’une mascarade de justice? Curieusement, dans leur déclaration, les délateurs prétendent pourtant encourager « les magistrats intègres qui se sentent démotivés à garder l'éthique dans la pratique de leur profession, dans l'esprit du serment qu'ils ont prêté, et à oser dénoncer toute forme d'atteinte à leur indépendance, d'où qu'elles proviennent ». Or, on a vu qu’eux-mêmes, au lieu d’adopter cette attitude modèle qu’ils préconisent, ont préféré se murer dans un silence complice pour ensuite jouer aux médecins après la mort.

Si ce n’est pas de la lâcheté...

Certains diront que, pour ces « magistrats intègres », révéler les irrégularités et autres pressions au moment où elles surviennent serait prendre le risque de mettre à mal leur carrière. Ce qui revient donc à dire que c’est un souci purement matériel qui aurait pris le pas sur « le respect de l’éthique et du serment qu'ils ont prêté ». De ce point de vue, rien ne distingue les dénonciateurs de leurs pairs qu’ils taxent de corrompus. Dans l’un ou l’autre cas, c’est l’argent qui est la première préoccupation. Avec une note en moins pour ceux qui, pour pouvoir pourfendre en toute sécurité leurs propres confrères et consœurs, se refugient derrière l’anonymat. Si ce n’est pas de la lâcheté, Dieu que ça y ressemble.

L’on ne connaît ni le nombre, ni la circonscription de rattachement des fameux magistrats cafeteurs. A en croire cependant certains passages de la déclaration que TI-IM a relayée, l’on peut conclure aisément qu’ils seraient du Tribunal administratif d’Antananarivo. C’est-à-dire certains de ceux-là même qui ont trôné sur le devant de la scène lors de la proclamation des résultats définitifs des dernières élections pour la Capitale. D’aucuns auraient apprécié qu’ils s’identifient. Car en signant sous une vague appellation de « Un groupe de magistrats de l’ordre administratif en charge du contentieux électoral des élections communales et municipales » (Sic), ils restent du même acabit que les titulaires de « comptes fake » sur facebook.

La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff