Publié dans Politique

Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois

Publié le vendredi, 06 décembre 2019

La défaite électorale du TIM est consommée et semble inévitable même si les résultats ne sont que provisoires. Ne pouvant pas accepter cette débâcle, le TIM menace de descendre dans les rues. Une menace sans conséquence majeure jusqu’au prononcé du résultat définitif par les tribunaux administratifs.

 

Les électeurs ont fait leur choix lors des élections communales et municipales malagasy. Ils ont offert leur confiance aux candidats de l’IRK, au détriment d’autres partis politiques notamment le TIM. Ce dernier, au sens littéral comme au figuré, n’arrive pas à avaler sa défaite. La demande de confrontation de procès-verbaux que ce parti refoulé par le peuple a exigée lors de la dernière présidentielle n’a pas eu les résultats escomptés, étant donné que la demanderesse a finalement fait faux bond au moment venu. Lors des communales et municipales, le TIM a changé son fusil d’épaule en demandant cette fois une confrontation de listes électorales signées lors des législatives et lors des communales et municipales. Une autre trouvaille qui frise l’aberration.  

 

Ne trouvant plus de parades et ne sachant plus sur quel pied danser, le TIM rameute ses partisans à descendre dans les rues pour contester les résultats des dernières élections et surtout ceux d’Antananarivo -ville. Les dirigeants du parti TIM s’en moquent  complètement de la déconvenue de leurs candidats dans les autres localités comme à Andoharanofotsy, Antsirabe, Antanifotsy, Ambatondrazaka etc. l’important pour eux, c’est la Capitale. La plateforme « Rodoben’ny mpanohitra »  qui l’a soutenu avant les élections municipales,  a d’ailleurs affirmé l’objectif de cette fixation sur Antananarivo, faire tomber le régime actuel.  En adoptant cette nouvelle stratégie, ils ne manquent pas à leur réputation de mauvais perdants et de revanchards. En effet, depuis la parution des résultats provisoires du dernier scrutin donnant la victoire aux candidats Orange, ce parti en phase de déclin ne cesse de remonter l’opinion publique contre la commission électorale et le régime actuel. Une attitude contraire à l’esprit démocrate qui veut que lors d’une élection, il y a toujours une victoire et une défaite.

 

En tout état de cause, cet appel ne verra que la participation d’une poignée de fanatiques et ce pour un temps limité.  La majorité de la population ne suivra pas des leaders. En incitant la population à une grève, le TIM ne fait qu’un pansement sur une jambe de bois. Un acte aussi vain qu’inutile de la part d’un parti dont la fin est proche. Les futures élections sénatoriales sonneront sans doute le glass du parti de Ravalomanana Marc. Ce dernier qui, en fin de carrière politique, veut entraîner avec lui dans ce déclin les jeunes qui ont encore un avenir à gérer. 

 

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa, hier en marge de la signature de lancement de la 2ème phase du projet PRODECID au FDL Anosy, a appelé la population à la sérénité. « Nous sommes toujours en période électorale », a-t-il rappelé et il faut attendre le prononcé des résultats définitifs. D’ailleurs, la CENI présentera officiellement les résultats provisoires des élections communales et municipales lundi prochain à son siège. Actuellement, la population se concentre sur son travail et sa vie tandis que le régime actuel se focalise sur la réalisation des promesses dites lors des campagnes.

Boaza

 

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff