Publié dans Politique

Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte

Publié le mercredi, 04 décembre 2019

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a répondu ce jour aux exigences du candidat du TIM aux communales concernant la confrontation des listes électorales. Pour cette Commission, la requête doit être formulée auprès du Tribunal administratif.

 

Réponse du loup à la bergère. La CENI a organisé hier une conférence de presse en son siège à Alarobia. La Commission électorale indépendante a répondu aux exigences du candidat malheureux du TIM pour la course à la magistrature de la Commune urbaine d'Antananarivo. Cette commission renvoie ce candidat au tribunal administratif s'il entend toujours obtenir gain de cause, pour la confrontation des listes électorales utilisées et signées lors des dernières législatives et celles des communales et municipales. D'ailleurs, cette demande étonne plus d'un. En effet, il est d'usage de demander une confrontation des procès-verbaux utilisés durant les élections, comme ce fut le cheval de bataille de ce même parti lors de la dernière élection présidentielle. Un effort vain puisque même après confrontation de quelque cinquantaine de procès-verbaux présentés par ce parti et son comité de soutien, aucune anomalie n'a été décelée.

Le TIM demande ainsi l'impossible en voulant une confrontation de listes électorales utilisées durant deux élections différentes. Le respect de la démocratie commence pourtant par le respect du verdict des urnes, du choix des électeurs. Il faut savoir gagner en toute humilité pour le cas des élus, il faut reconnaître leur défaite quant à ceux qui n'ont pas su gagner la confiance des électeurs. En somme, le TIM doit accepter sa défaite, sa nouvelle situation dans le paysage politique malagasy montre qu'il n'est pas apprécié par la majorité de la population. En témoigne la nouvelle composition de l'Assemblée nationale, la victoire des candidats orange durant les communales et les municipales, notamment dans les grandes villes comme Antananarivo, Toamasina, Antsirabe, Fianarantsoa et autres.

L'objet de cette conférence est de donner aussi aux électeurs et à la population le récapitulatif des élections communales et municipales. D'emblée, les conférenciers ont défendu que ces élections se sont déroulées sans souci majeur. Aucun incident de nature à annuler le scrutin n'a été constaté sur l'ensemble du territoire et celui des circonscriptions électorales.

La CENI a également publié des résultats provisoires. Pour les élections communales, 85,71%  des procès-verbaux ont été traités, et 73,03% des procès-verbaux pour les élections municipales. Concernant le taux de participation, il est de 41,59% et 41,53% respectivement pour les communales et les municipales. Le taux de participation le plus élevé en ce qui concerne les ex-provinces est celui de Tuléar, à raison de 47,32%. Le taux de participation le plus bas est celui de l'ex-province d'Antsiranana, pour un taux de 37,80%. Pour ce qui est des Régions, celle de l'Androy a le plus fort taux de participation, pour un pourcentage de 45,40%. La Région Analamanga ferme la danse pour un taux de participation de 30,37%.

La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff