Publié dans Politique

Développement dans la Région de Diana - Le nouveau gouverneur mène la danse !

Publié le mardi, 28 juillet 2020

Le nouveau gouverneur de la Région de Diana, Daodo Arona Marisiky vient de prendre officiellement fonction. La cérémonie dans ce sens s’est tenue, avant – hier, à Antsiranana en présence du Président Andry Rajoelina et son épouse. Nommé en Conseil des ministres le 23 juillet dernier – au même titre que les gouverneurs de Boeny et d’Analanjirofo – le nouvel homme fort de la Diana est un natif d’Antsiranana. En s’adressant au Chef de l’Etat, il a promis d’honorer la responsabilité qui lui a été confiée. « Je suis né ici, j’ai grandi ici, et j’ai étudié ici même. Aujourd’hui, je suis prêt à développer la Région en retour », a assuré le nouveau gouverneur qui affirme avoir aspiré à une telle fonction depuis longtemps. Il met en tête de ses priorités la lutte contre la Covid-19, la lutte contre la corruption, la bonne gouvernance et la sécurité. Il a d’ores et déjà appelé à la solidarité de toute la population afin de se tourner ensemble vers le développement.

 

Pour sa part, le Président de la République  a réitéré la volonté de l’Etat à concrétiser les projets de développement réel et durable. Il n’a pas manqué de rappeler la ligne de conduite du régime qui mise sur un développement à partir de la base. Les collectivités décentralisées sont ainsi les mieux placées pour connaitre les desiderata et les souffrances de la population au niveau local.  Le Président a souligné le rôle clé d’un gouverneur régional qui est, avant – tout, le représentant du pouvoir exécutif et auquel incombe la prise de toutes les décisions liées à l’essor de la Région. « Auparavant, malgré le changement d’appellation, les chefs de Région étaient livrés à eux – mêmes. Aujourd’hui, chaque gouverneur est désormais valorisé puisqu’il jouit d’un budget inscrit dans celui de l’Etat », soutient le Chef de l’Etat.

Collaboration avec les élus

Parmi les projets de développement qui attendent le nouveau gouverneur figurent notamment la réfection et la construction d’axes routiers qui relient les Communes et les Districts. D’ailleurs, les travaux de réhabilitation de l’axe Ambilobe – Vohémar sont déjà sur la bonne voie. De nouveaux ouvrages pour l’axe Ambanja – Antsiranana seraient également en perspective. A cela s’ajoutent d’autres chantiers comme la construction d’hôpitaux et d’écoles, la création d’emplois, la promotion du développement rural, etc.

Pour la réalisation desdits projets, le Président encourage l’étroite collaboration entre les élus comme les maires et les députés afin de définir les grands axes à prioriser pour développer chaque Région. « Aucune Commune ni District ne doit être oublié en matière de développement », a martelé le Chef de l’Etat. Il n’a pas manqué de donner les consignes pour combattre la pandémie de Covid-19 qui sévit dans plusieurs Régions de la Grande île dont la Diana avec un objectif « zéro décès » dans les jours à venir. Le Président et son épouse ne sont pas venus les mains vides et ont apporté plusieurs matériels et médicaments destinés aux soins des malades de la Covid-19 ainsi que des équipements pour le personnel soignant. La ville d’Antsiranana compte environ 65 cas de contamination à la Covid-19 et 3 décès.

La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff