Publié dans Politique

Gouvernement Ntsay Christian - Un mini-remaniement s'impose

Publié le lundi, 27 juillet 2020

Le Gouvernement Ntsay Christian devrait connaître incessamment un mini-remaniement ministériel. Outre la nécessité de combler le vide laissé au département de l'Education nationale, plusieurs autres raisons pourraient motiver ce changement. La vacance de poste au ministère de l'Education nationale et de la Formation professionnelle après le départ de Rijasoa Andriamanana ne saurait perdurer indéfiniment. L'intérim à la tête de ce département ministériel est pour le moment assuré par la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il y a quelques semaines, les syndicats d'enseignants, éducateurs certifiés, etc.  ont  tour à tour fait part de leur souhait de voir un nouveau titulaire au sein de ce ministère. A l'approche des examens officiels et en vue de la préparation de la prochaine rentrée scolaire, la nomination d'un ministre à ce portefeuille est de plus vivement souhaité par les acteurs du domaine de l'éducation.

 

Le cas du ministre de la Santé pourrait également être fixé à l'issue d'un éventuel remaniement. Après six mois d'exercice à la tête du ministère, le Professeur Ahmad Ahmad est de l'avis d'un grand nombre d'observateurs, plus proche que jamais de la porte de sortie. En cause, les tensions de la semaine dernière faisant suite à sa lettre adressée aux partenaires techniques et financiers pour aider le pays dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Une initiative désavouée par le Gouvernement dans un communiqué publié dans la foulée de la fuite de la lettre ministérielle sur les réseaux sociaux. Une position entérinée par le Président de la République puis le Premier ministre en fin de semaine dernière durant leurs allocutions respectives.

Le cas de la ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme interroge également. La titulaire du portefeuille a convolé en justes noces avec le chargé d'affaires de l'ambassade américaine en fin de semaine dernière. Les questions de simples citoyens se posent du point de vue éthique sur le maintien en poste d'une ministre mariée

à un diplomate étranger.

Quoi qu'il en soit, les membres du Gouvernement sont liés par un contrat-programme auquel le Président de la République les a engagés. Faut-il rappeler également que chaque ministre est confronté à une évaluation à mi - parcours en cette période de l'année. Une appréciation des objectifs atteints et des réalisations des ministères qui débouche soit vers une prolongation de contrat soit rarement à un limogeage.

En début du mois dernier, la tenue d'un remaniement du Gouvernement semblait être utopique. Et ce, en raison notamment de la crise sanitaire due au coronavirus. Remplacer un ministre en pleine crise sanitaire était difficilement inenvisageable. Au vu des dernières évolutions de la situation dans le pays, une retouche du  Gouvernement pourrait être d'actualité. A en croire des sources généralement bien informées, le Palais de Mahazoarivo se préparerait à l'éventualité de procéder aux évaluations des ministres…

La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff