Publié dans Politique

Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Publié le mercredi, 08 juillet 2020

Haro sur l'esclavagisme moderne, la traite des personnes et le travail des enfants. Au cours d'une conférence virtuelle à l'occasion de la journée des leaders mondiaux, dans le cadre du sommet mondial de l'OIT sur la Covid-19 et le monde du travail, le Président de la République de Madagascar a réitéré son appel à la mobilisation de tous « à se lever pour dénoncer » des « malheurs et des horreurs », des « pratiques inhumaines » et à « agir pour y mettre fin ». « Ensemble dressons-nous face à ce fléau et agissons stratégiquement dans la solidarité des nations pour protéger nos concitoyens », dit-il au cours de son intervention.

Madagascar agit déjà pour protéger les Malagasy victimes de ces méfaits pour éradiquer définitivement ces pratiques avec l'appui des partenaires techniques et  financiers tels que le BIT et l'UNICEF, a-t-il rappelé hier, avant de renchérir dans la foulée, « Nous menons des activités prioritaires pour atteindre les objectifs de lutte contre la traite des personnes, la promotion du travail décent pour tous, et la lutte contre le travail des enfants conformément aux engagements de l'alliance 8.7 ». Un appel à la mobilisation déjà lancé l'an dernier au cours de la conférence internationale du travail, marquant également le Centenaire de l'OIT.

Durant son intervention, Andry Rajoelina rappelle d'ailleurs que Madagascar a franchi les étapes historiques et fondamentales dans la protection des citoyens et des travailleurs malagasy citant notamment la ratification officielle des cinq conventions et protocoles de l'OIT sur les travailleurs migrants, les agents d'emploi privé, les travailleurs domestiques, le travail forcé. Le Chef de l'Etat malagasy  Andry Rajoelina rappelle par ailleurs la mise en place d'accords bilatéraux de travail entre Madagascar et les pays destinations des travailleurs migrants pour mieux protéger ceux malagasy et traiter conjointement les cas d'abus. L'esclavagisme moderne est encore une pratique courante et fait de nombreuses victimes, stipule-t-il, mentionnant le cas de 4000 femmes séquestrées et détenues, contre leur volonté au Moyen-Orient dans des conditions inhumaines. Il rappelle également que le Gouvernement malagasy a procédé au rapatriement de 176 travailleuses domestiques venant du Koweït, victimes de traite des personnes, d'abus et d'exploitation sexuelle. « Nombreuses sont celles encore en danger en terre étrangère. Mais l'Etat malagasy ne les abandonnera jamais », rassure Andry Rajoelina.

La Rédaction

 

Fil infos

  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes

La Une

Editorial

  • Vision accessible !
    Il est permis d’espérer ou, pourquoi pas, de rêver. Le Président Rajoelina partagea sa vision de la gestion de la pandémie de Covid-19. Il annonça publiquement, avec enthousiasme et surtout avec une forte dose de confiance à Toliary que le pays atteindra, d’ici quelques semaines, le cap du « zéro décès ». Pour certains, il s’agit d’un espoir qui fait vivre les imbéciles. Pour d’autres, un rêve sensé, réalisable.Le 28 août 1963, le jeune pasteur baptiste Martin Luther King, militant anti-ségrégationniste, fit savoir devant une foule de 250 000 âmes à Washington - sous l’ombre d’Abraham Lincoln, 16ème Président des Etats-Unis, père de l’abolition de l’esclavage - d’une vision de rêve qu’il a pour une Amérique de demain « I have the dream ! » En effet, Martin Luther King rêve d’une « Amérique fraternelle où Blancs et Noirs se retrouveraient unis et libres ». Des Blancs, férus de la…

A bout portant

AutoDiff