Publié dans Politique

Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »

Publié le mardi, 02 juin 2020


Au lendemain des explications du Président de la République, Andry Rajoelina sur la chaîne nationale dimanche, la polémique qui entoure la construction du « Kianja Masoandro » dans l’enceinte du Rovan’Antananarivo continue de faire couler beaucoup d’encre et se trouve au cœur de vives discussions. Dans une interview exclusive accordée à notre journal, Henri Rasamoelina, Professeur titulaire à l’université de Fianarantsoa, diplômé en histoire des civilisations et membre titulaire de l’Académie malagasy apporte son point de vue sur la question.
La Vérité : Quel est votre point de vue par rapport à la polémique actuelle autour de la construction du « Kianja Masoandro » au Rovan’Antananarivo?
Henri Rasamoelina : Tout changement s’accompagne toujours de polémique à Madagascar et ce depuis le temps de la royauté. Je prends l’exemple durant la période du règne de Radama 1er qui avait décidé de se couper les cheveux et de vêtir des habits modernes. Sa décision ne fut pas accueillie de façon unanime chez le peuple mais cela ne l’avait pas empêché d’opter pour le changement. Pour le cas du Rovan’Antananarivo, l’endroit n’a cessé d’évoluer au cours de l’histoire et a toujours subi quelques changements de la part des rois ou reines de l’époque.
L.V : Ne s’agit – il pas de contexte différent puisque nous sommes actuellement dans un régime républicain où le Président n’est nullement un roi ? 
H.R : C’était juste un exemple, mais cela pour dire que peu importe que ce soit un état monarchique ou un état républicain, les dirigeants disposent d’une puissance souveraine dans chaque prise de décision. C’est d’ailleurs pour cela que la majorité du peuple leur ont confié le pouvoir à travers les élections. Il est du devoir des dirigeants d’opérer à des changements pour le développement. Si le Président a donc décidé de réhabiliter le Rovan’Antananarivo et d’y construire le Kianja Masoandro, c’est qu’il a ses raisons. D’ailleurs, il l’a déjà expliqué à plusieurs reprises et de façon claire.
L.V : Que pensez-vous de la montée au créneau d’un groupe de personnes qui affirment appartenir à la communauté des « Andriana » et qui expriment leur indignation aujourd’hui ?
H.R : Tout d’abord, je tiens à souligner que le Rova n’est la propriété exclusive de quelques personnes mais appartient à tous les Malagasy. Je me rappelle que dans le passé, durant la construction du Rova et de l’église, les toits étaient fabriqués à partir de matières appelées « ardoises » qui ont été transportées depuis l’Amoron’i Mania avant de passer par le Vakinankaratra. Par ailleurs, une liste classée aux archives dans la Capitale contient également les noms de tous les citoyens qui ont participé au téléthon pour la réhabilitation du Rova après l’incendie. C’est donc une affaire nationale.
L.V : Certains arguments soutiennent que les travaux menés actuellement risquent d’enlever le caractère sacré (« Masina ») du Rova qui constitue un patrimoine national. Qu’en pensez-vous ?
H.R : Je pense qu’il faudrait avant tout expliquer la notion de « hasina ». Ce sont avant tout les gens qui attribuent un caractère sacré ou non à une personne ou un lieu. Le « masina » en soit n’existe pas. Et à Madagascar, tous les endroits sont sacrés mais cela n’empêche d’apporter des touches de modernité. A mon avis, apporter des changements n’entrave en rien le caractère sacré du Rova. Au contraire, c’est le fait de laisser un tel patrimoine à l’abandon sans la moindre restauration qui fera davantage perdre ce caractère sacré.
Par exemple, du temps du roi Andrianampoinimerina, les marchés étaient considérés comme des lieux sacrés où le commerce des porcs était interdit. Et les personnes qui se comportaient mal au marché risquaient d’être décapitées. Aujourd’hui pourtant, les marchés sont perçus différemment.
L.V : Certains citoyens soulèvent la question relative à la priorité de l’Etat par rapport à cette nouvelle construction au Rovan’Antananarivo. Votre avis ?
H.R : Je pense que les débats aujourd’hui sont en train de prendre une tournure plus politique. Pourtant, je constate que le régime ne s’est pas concentré sur ces travaux pour laisser les autres priorités de côté comme la crise sanitaire liée au Covid-19. Il s’agit juste d’un projet parmi tant d’autres dont le coup d’envoi des travaux avait commencé bien avant la pandémie.
Propos recueillis par Sandra R.


Fil infos

  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes

La Une

Editorial

  • Vision accessible !
    Il est permis d’espérer ou, pourquoi pas, de rêver. Le Président Rajoelina partagea sa vision de la gestion de la pandémie de Covid-19. Il annonça publiquement, avec enthousiasme et surtout avec une forte dose de confiance à Toliary que le pays atteindra, d’ici quelques semaines, le cap du « zéro décès ». Pour certains, il s’agit d’un espoir qui fait vivre les imbéciles. Pour d’autres, un rêve sensé, réalisable.Le 28 août 1963, le jeune pasteur baptiste Martin Luther King, militant anti-ségrégationniste, fit savoir devant une foule de 250 000 âmes à Washington - sous l’ombre d’Abraham Lincoln, 16ème Président des Etats-Unis, père de l’abolition de l’esclavage - d’une vision de rêve qu’il a pour une Amérique de demain « I have the dream ! » En effet, Martin Luther King rêve d’une « Amérique fraternelle où Blancs et Noirs se retrouveraient unis et libres ». Des Blancs, férus de la…

A bout portant

AutoDiff