Publié dans Politique

Andry Rajoelina sur RFI et France24 - « Personne ne peut nous empêcher d'avancer ! »

Publié le lundi, 11 mai 2020

Directe et sans ambiguïté ! Telle se résume l’intervention du Président Andry Rajoelina qui a été l’invité d’une émission spéciale diffusée sur Radio France Internationale (RFI) et France 24, hier en début d’après – midi. Le Président de la République répondait, depuis Antananarivo, aux questions de Christophe Boisbouvier de la RFI et Marc Pérelman de France 24, concernant en grande partie la découverte et la polémique autour du Covid Organics.

D’emblée, le journaliste de France 24 a souligné que dans la lutte contre le Covid-19, Madagascar se distingue par l’utilisation du Covid-Organics, un remède à base d’Artemisia dont l’effet est « reconnu contre le paludisme ». En revanche, il a questionné le Président concernant les preuves que le remède guérit les patients malagasy atteints du coronavirus.

Le Chef de l’Etat malagasy a réitéré les caractères à la fois préventif et curatif du « tambavy » CVO tout en précisant qu’il s’agit du fruit de recherche de l’Institut Malgache des Recherches Appliquées qui a le statut d’institut régional de recherche par l’Union Africaine. Il rappelle aussi que 80% des malagasy se soignent à partir des plantes médicinales. Il n’a pas manqué de rappeler que l’IMRA a été fondé en 1957 par le Professeur Albert Rakoto Ratsimamanga, une figure émérite de la science africaine. Et lui d’argumenter que la majorité des patients malagasy en sont guéris grâce uniquement à l’administration de cette décoction avec une nette amélioration de leur état de santé observée 24 h après la première prise et une guérison après 7 à 10 jours.

Doutes de l’OMS

Comme attendu, les journalistes ont mis en avant les doutes émis par l’Union africaine, la CEDEAO et en particulier l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui craint des effets secondaires de la CVO.  La question relative à l’absence d’essai clinique a également été posée. Le Président Andry Rajoelina a ainsi rappelé la différence entre observations cliniques et essais cliniques. Cette 2ème option n’étant pas une étape incontournable puisqu’il est question de remède issu de la médecine traditionnelle. Il a néanmoins révélé qu’une surveillance clinique au niveau régional est déjà en place étant donné que l’utilisation de la décoction a déjà dépassé les frontières malagasy.

Sur cette lancée, Andry Rajoelina affirme qu’ « il ne faut pas sous-estimer les scientifiques Africains et les scientifiques Malagasy ». Il n’est plus à rappeler que depuis son lancement officiel le 20 avril dernier, la renommée du « tambavy » CVO a pris une ampleur internationale au même titre que les critiques à son encontre. ... C'est quoi le problème du Covid-Organics ? Moi je pense que le problème c'est que ça vient d'Afrique. On (OMS) ne peut pas accepter qu'un pays comme Madagascar, le 63ème pays le plus pauvre du monde, ait créé le Tambavy CVO pour sauver le monde ».

Gagner la guerre

 « Si ce n’était pas Madagascar mais un autre pays européen qui a découvert ce remède, est – ce qu’on émettrait autant de doutes ? Je ne pense pas ! », a lancé le locataire d’Iavoloha tout en évoquant les récentes déclarations du Professeur Luc Montagnier, Prix Nobel de la médecine en 2008 ainsi que le Professeur Tu Youyou, une chercheuse chinoise et également lauréate du prix Nobel de la médecine en 2015. Ces deux scientifiques soutiennent la thèse de l’Artemisia comme piste de guérison contre l’épidémie du Covid-19.

Le Président malagasy affirme ne pas  comprendre le problème qui se pose actuellement autour de la décoction du CVO. « On dit du mal du CVO alors qu'il ne fait que du bien, qu'il ne sauve que des vies actuellement. Dans cette bataille, on veut nous [Madagascar] freiner, nous décourager, voire même nous interdire d'avancer (…) Personne ne peut nous empêcher d'avancer, nous sommes un pays souverain, nous sommes-là pour aider la population pour qu'elle ne meure pas de cette pandémie », a déclaré le numéro « un » du pays. Il est certain qu’une déclaration bouleversera davantage les « grands intérêts »  de ce monde, mais a surtout suscité de nombreuses réactions positives de la part des citoyens malagasy.

Sandra R. 

Fil infos

  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé
  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique

La Une

Editorial

  • Nouveau départ !
    Le Triangle du Nord renaît ! En tournée dans cette partie prometteuse mais quelque peu oubliée de la Grande île, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a bien voulu jeter les bases d’un nouveau départ.Il s’agit en effet d’une nouvelle naissance pour Antsiranana dans la mesure où le numéro Un du pays y apporta un nouveau souffle dans les secteurs d’activités dont certains produits font la renommée nationale voire mondiale de la Région. La vanille, à tout seigneur tout honneur, l’ « or noir » du pays, attira toute l’intention du Président. Jusqu’à preuve du contraire, Madagasikara détient le record mondial de la vanille, en quantité et en qualité. Antalaha, le point d’attache de la culture, est la capitale mondiale de la vanille. Ainsi, l’Etat va assister de près la mise en œuvre de la relance effective du secteur vanille. Rajoelina, en réunion de travail avec les opérateurs sur place,…

A bout portant

AutoDiff