Publié dans Editorial

Dérives de la démocratie

Publié le vendredi, 04 janvier 2019

Abus ! Marc Ravalomanana et ses partisans seraient-ils allés trop loin ? Auraient-ils trop appuyé le bouchon ? En tout cas, simples citoyens et observateurs politiques constatent que des manifestants, trop passionnés, commirent des abus à l’encontre de la démocratie. Bouderies. Des enfantillages enquiquinants sinon des caprices d’enfants éternellement insoumis et insatisfaits de leur part de « bonbons » et qui contestent sans cesse et donnent du fil à retordre aux parents. Des bouderies qui témoignent le manque de maturité de certains de nos acteurs politiques. Au final, des gestes impudents  mettant à mal notre fragile stabilité et notre chancelante démocratie. De quoi à inquiéter sérieusement la Communauté Internationale (C.I.)!

Selon des sources concordantes, largement relayées sur les réseaux sociaux, les débordements sur la place publique des partisans de Ravalomanana n’ont pas laissé indifférente la C.I. En effet, des membres influents des Partenaires techniques et financiers de Madagascar auraient « convoqué » le candidat n° 25 Marc Ravalomanana à la chancellerie. Ils  l’auraient « invité » à prioriser la voie légale dans toutes les démarches en cas de contestation. Car il faut bannir, à jamais, ce réflexe malfaisant de descendre dans la rue à chaque fois qu’on ne soit pas d’accord sur un tel ou tel sujet. Madagascar, en quête de stabilité et de sérénité, ne mérite plus de tels agissements. Afin qu’elle ait une assise solide, l’alternance démocratique nécessite impérieusement une obéissance lucide envers le choix du plus grand nombre. Dans toute démocratie qui se respecte, la majorité prime tandis que la minorité cède. Elle n’a d’autres issues que de se plier. C’est la démocratie !

Au Brésil, l’ultra-conservateur Jair Bolsonaro, l’ancien capitaine de l’Armée, remporta haut la main  la victoire, et ce, à une large majorité de 55 % face au candidat socialiste de gauche. Une confortable position qui rend perplexe les observateurs  craignant des dérives de tout genre mais c’est le choix  des Brésiliens dans sa majorité et le reste se plie. La démocratie passe par là. Le Brésil, la première puissance de l’Amérique latine montre ainsi l’exemple d’un pays avancé. Une leçon de démocratie que nos apprentis sorciers de la politique doivent bien apprendre !

A Madagascar, en plein tournant décisif marquant le virage historique vers un avenir plus radieux, l’heure n’est plus aux velléités des dérives destructives. Le pays doit veiller à ne plus se livrer à tout mouvement contre-productif. Malheureusement, dans l’attente du verdict irrévocable de la HCC, certains esprits s’échauffent déjà. Ayant l’amer pressentiment des effets pervers de la direction du vent qui souffle, des têtes brulées abusent de la démocratie. En fait, la démocratie est une arme à double tranchant dont le mauvais usage pourrait provoquer un incident fâcheux. Un couteau tranchant entre les mains d’un maladroit ou d’un imprudent pourrait lui faire mal et lui coûter cher. De toute manière, il n’y a rien de quoi s’énerver, nous ne sommes pas au Congo (RDC) où tous les outils de communication (Internet, Facebook, etc.) sont coupés durant cette période de comptages des voix. La RFI voit son antenne suspendue. Chez nous, par contre, grâce aux efforts déployés par la CENI, tout  s’effectuait dans la transparente totale !

Ainsi, attention au dérapage ! Prenons garde constamment des dérives de la démocratie !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff