Publié dans Economie

Connexion Internet - Casser le prix de la fibre optique à Madagascar

Publié le vendredi, 27 septembre 2019

Tout est possible. Actuellement, avoir une connexion Internet chez soi reste encore un luxe inaccessible pour la grande majorité des ménages malagasy. Le prix exorbitant des services liés à ce réseau informatique mondial empêche ainsi les consommateurs d’y avoir accès. « Pour cause, nous sommes aujourd’hui dans un pays où les produits de télécommunication sont taxés comme des produits de luxe, avec des droits d’accise de 8 % en plus de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) de 20 %. Et d’après une étude, il y a un lien direct entre le taux de taxation et le taux de pénétration ou d’usage.

Effectivement, partout en Afrique où les taxes sur ces produits sont élevées, le taux d’usage est faible. Et moins les produits sont taxés, plus l’usage se développe. Ce qui fait qu’aujourd’hui, seulement 3 malagasy sur 10 ont accès à ces produits, alors que cela devrait dépasser plus de la moitié de la population. Pour baisser le prix, il faut donc s’attaquer aux taxes », se désole Patrick Pisal-Hamida, administrateur directeur général de Telma Madagascar, hier au Cinépax Ambodivona, durant la présentation du plan d’action de l’entreprise pour les cinq années à venir.  

Il faut noter que le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique s’est déjà engagé auprès des opérateurs du secteur pour faire baisser ces droits d’accise dont le taux est en effet passé de 10 à 8 % pour cette année. Cependant, ce pourcentage pèse encore lourd sur les acteurs. TELMA s’est alors engagé hier à baisser les prix à condition que ces taxes diminuent en parallèle. « Un point sur le droit d’accise équivaudra à dix points sur le prix de la fibre optique pour le grand public. Donc, si l’Etat baisse de 3 % ces taxes, nous diminuerons de 30 % nos prix. Nous serons même prêts à réduire de moitié et même au-delà tant que la réduction du droit d’accise soit effective », soutient le directeur général de TELMA. Et cette baisse sera immédiatement appliquée sur tout le territoire. « La baisse de ces droits d’accises n’impacteront pas sur les recettes fiscales de l’Etat, au contraire. Selon nos calculs, avec cette baisse, nous devrions avoir quatre fois plus d’utilisateurs engendrant alors la hausse de la TVA », rassure-t-il.

Mutualisation des infrastructures

En tout cas, pour l’opérateur, la libéralisation du marché de la fibre optique est une « fausse bonne idée ». « Ce n’est pas une si bonne idée dans le sens où cela n’apportera aucun changement à la qualité des services mais aussi aux prix. En effet, la libéralisation du marché n’est pas toujours synonyme de baisse des prix. Un investisseur comptera toujours obtenir un retour sur investissements », explique Patrick Pisal-Hamida. Pour lui, la meilleure option est de mutualiser et de partager les infrastructures. « Cette mutualisation va également permettre le partage des infrastructures, notamment les pylônes pour desservir le réseau mobile 4G. Elle nous évitera la hausse de la consommation d’énergie et des émissions de carbone », notifie-t-il. Il faut noter que cette pratique n’est pas une innovation, et qu’elle se fait déjà partout dans le monde, toujours dans l’objectif de baisser les prix au profit des utilisateurs.

Rova Randria

Fil infos

  • Covid-19 à Madagascar - La guerre est loin d’être gagnée !
  • Education et enseignement - Des solutions pragmatiques en vue
  • Résiliation du bail avec la MBS - Le maire agit au profit de la collectivité
  • Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement
  • Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition
  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

La Une

Editorial

  • Cette maudite maladie !
    En pleine guerre de 1914-1918, la « grippe espagnole » frappait les pays belligérants. Selon les experts, il s’agissait d’une grippe virulente et mortelle de souche H1N1 qui, partie d’un camp militaire de Funston (Kansas, Etats-Unis) le 3 mars 1918, se répandit à la vitesse de la lumière au reste du monde notamment vers les pays engagés dans la guerre. La grippe espagnole aurait fait 20 millions à 50 millions de morts dans le monde selon les rapports de l’Institut Pasteur. Certaines sources indiquèrent même 100 millions de victimes. Les pays les plus touchés étaient l’Inde (18,5 millions de morts), Chine (de 4 à 9,5 millions), Europe occidentale (2,5 millions) et les Etats-Unis (de 500 000 à 675 000). Dans le passé, on note la recrudescence d’épidémies de grave maladie contagieuse trois à quatre par siècle. De la « grippe espagnole » au nouveau coronavirus de Covid-19, il n’y a…

A bout portant

AutoDiff