Publié dans Economie

Environnement - Antananarivo bientôt invivable

Publié le dimanche, 21 juillet 2019

Aucune amélioration. Malgré les alertes lancées par les différentes organisations, allant des défenseurs de l'environnement aux responsables de santé, sans oublier le monde de la presse, rien n'a changé dans la Capitale. Les voitures émanant des fumées noires continuent de circuler. Toutes les catégories de personnes continuent de brûler leurs déchets à l'air libre. « Le problème est que certains habitants n'ont pas encore pris conscience de la gravité de la situation. Il y a ceux qui se sont adaptés à cette situation et ceux qui ignorent tout simplement.

Pour ces derniers, les différentes alertes ne sont que des chiffres, tant que cela ne les touchent pas de près. Ils ne savent pas que chaque jour, une personne sur sept va chez le médecin pour des problèmes respiratoires liés à la pollution de l'air », déplore une environnementaliste. Entre manque de sensibilisation et entêtement des sensibilisés, mais aussi avec l'agrandissement démographique et l'expansion de l'exode rural, Antananarivo deviendra bientôt invivable.

«  Effectivement, selon les chiffres de l'OMS, le seuil soutenable pour l'homme de la quantité de poussières fines dans l'air est de 50 microgrammes/m3. Pourtant, pour Antananarivo, ce seuil a été dépassé depuis longtemps, surtout dans les quartiers où les voitures sont les plus présentes comme Soarano et Ambohidahy, où les quantités  sont respectivement de 157 et de 120 microgramme/m3  , explique un responsable au sein du ministère de l'Environnement et du Développement durable, en marge de la dernière célébration de la Journée mondiale de l'environnement axée sur la lutte contre la pollution de l'air.

Aucune mesure conséquente

Vu la gravité de la situation, la majorité des personnes ne sont pas encore prêtes à virer de bord. En effet, aucune mesure conséquente n'a été prise par les autorités. « Par exemple, les voitures polluantes continuent de circuler dans la ville. Aucune autorité ne les pénalise pourtant, de nombreuses personnes suffoquent à chaque inhalation de leur fumée. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres », s'indigne une mère de famille. Pourtant des mesures drastiques doivent être mises en place pour que la pollution ne s'étende, outre le désenclavement de la ville. Et ces mesures doivent être multisectorielles, cernant le domaine social mais aussi économique surtout avec l'usage des charbons de bois et le triage des ordures.  

Rova Randria

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff