Publié dans Economie

Fonds monétaire international - Un financement additionnel de 171 millions de dollars pour Madagascar

Publié le vendredi, 31 juillet 2020

Un besoin de financement estimé à 580 millions de dollars. La crise sanitaire a réellement engendré un ralentissement de l’économie de Madagascar. Elle se traduit par la baisse du taux de croissance économique et des recettes fiscales. Et pourtant, la mise en œuvre du Plan multisectoriel d’urgence nécessite encore plus de 800 millions de dollars. Une raison pour laquelle l’Etat malagasy recherche des financements auprès des partenaires techniques et financiers pour riposter à la  pandémie de Covid-19. Le Fonds monétaire international (FMI) tend alors la perche au Gouvernement en approuvant un financement additionnel de 171,9 millions de dollars, au titre de la facilité de crédit rapide (FCR).

En effet, le Conseil d’administration de l’institution a donné son feu vert, hier. Il faut dire que l’augmentation de la quote-part du pays à 100%, si elle était initialement à 50%, a permis d’augmenter le montant de l’emprunt. Le chiffre est passé de 80 millions de dollars en juin dernier à 171 millions de dollars. Dorénavant, le prêt à titre d’aide d’urgence auprès de cette institution de Bretton Woods s’élève à 337 millions de dollars depuis le début de la pandémie. L’institution a déjà débloqué 166 millions de dollars en avril dernier. D’après le rapport du ministère de l’Economie et des Finances, cette somme servira à financer le gap dans la finance publique. Plus précisément, le budget sera alloué au renforcement du système de santé et la protection sociale, au plan d’aide économique - dans le cadre du plan national d’urgence du Gouvernement - comme le soutien au secteur privé ainsi qu’à la préservation du secteur financier notamment le taux de change.

Audit

Etant donné que la transparence vis-à-vis de la gestion du financement crée une polémique durant cette crise sanitaire, le Gouvernement malagasy s’engage à établir un rapport auprès du FMI. “Les autorités se sont engagées à faire preuve de transparence et de responsabilité pour s'assurer que les ressources de la Facilité de crédit rapide sont utilisées de manière appropriée et aux fins prévues. Afin de garantir que les financements fournis sont utilisés de manière efficace pour faire face à la crise, les autorités renforceront la transparence, notamment avec la publication des marchés publics liés à la réponse à la pandémie et avec des audits post-crise », note Antoinette Sayeh, Directrice générale adjointe du FMI. A noter que le ministère de tutelle publie mensuellement dans son site web un rapport sur les financements relatifs à la lutte contre le coronavirus. Le dernier mis à jour table un financement extérieur à hauteur de 671 millions de dollars.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !
  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes

La Une

Editorial

  • Vision accessible !
    Il est permis d’espérer ou, pourquoi pas, de rêver. Le Président Rajoelina partagea sa vision de la gestion de la pandémie de Covid-19. Il annonça publiquement, avec enthousiasme et surtout avec une forte dose de confiance à Toliary que le pays atteindra, d’ici quelques semaines, le cap du « zéro décès ». Pour certains, il s’agit d’un espoir qui fait vivre les imbéciles. Pour d’autres, un rêve sensé, réalisable.Le 28 août 1963, le jeune pasteur baptiste Martin Luther King, militant anti-ségrégationniste, fit savoir devant une foule de 250 000 âmes à Washington - sous l’ombre d’Abraham Lincoln, 16ème Président des Etats-Unis, père de l’abolition de l’esclavage - d’une vision de rêve qu’il a pour une Amérique de demain « I have the dream ! » En effet, Martin Luther King rêve d’une « Amérique fraternelle où Blancs et Noirs se retrouveraient unis et libres ». Des Blancs, férus de la…

A bout portant

AutoDiff